Économie – Social

Réforme du Code du travail : la CGT de la Loire veut inscrire sa mobilisation dans la durée

Par Thomas Schonheere, France Bleu Saint-Étienne Loire lundi 11 septembre 2017 à 5:10

La CGT de la Loire veut prolonger la lutte menée contre la loi El Khomri.
La CGT de la Loire veut prolonger la lutte menée contre la loi El Khomri. © Radio France - Thomas Schonheere

Les syndicats se préparent pour les manifestations de ce mardi contre la réforme du Code du travail. Des cortèges sont annoncés à Saint-Étienne, Roanne et au Puy-en-Velay, avant une nouvelle journée d'action d'ores et déjà programmée pour le 21 septembre prochain.

Ce sera la première grosse manifestation de l'ère Macron. La CGT a lancé un appel pour ce mardi 12 septembre afin de faire barrage à la réforme du Code du travail, une "Loi Travail XXL" qui, selon le syndicat, donne plus de pouvoir au patronat au détriment des salariés. Avec cette mobilisation, la CGT entend prolonger la lutte menée contre la loi El Khomri : "On a quand même eu une lutte qui a duré plus de neuf mois avec énormément de gens dans la rue, explique Jean-Michel Gourgaud, le secrétaire général de la CGT dans le département de la Loire. On a engrangé à ce moment-là des mobilisations qui sont des appuis pour aujourd'hui."

Force Ouvrière appelle ses partisans à manifester dans la Loire et en Haute-Loire

Dans la Loire, deux cortèges sont annoncés, à Saint-Étienne et Roanne. En Haute-Loire, la manifestation se déroulera au Puy-en-Velay. Dans les deux départements, FO appelle à se joindre à la CGT, au même titre que Solidaires, la FSU et l'Unef, alors qu'il n'y a pas d'appel national. "La manifestation du 12 n'était pas une initiative de FO, il est bien normal que chaque structure se positionne en fonction des relations locales", explique Pascal Samouth, le secrétaire départemental en Haute-Loire, qui dément toute bisbille au sein du syndicat.

Pour ce qui est de la participation attendue, la CGT ne se risque pas à donner de chiffres. Jean-Michel Gourgaud sera, dit-il, surtout attentif au nombre de grévistes : "Il faut toucher l'entreprise puisqu'elle va devenir le lieu de négociation, d'après ce que nous disent les patrons et le gouvernement." Jean-Michel Gourgaud qui insiste également sur la nécessité d'inscrire la mobilisation dans la durée : "On ne gagne plus aujourd'hui sur une journée de grève ou de manifestation. On est sur un mouvement social où il va falloir trouver des formes nouvelles d'action et tenir dans la durée."

La CGT a d'ores et déjà annoncé une nouvelle journée d'action nationale, le 21 septembre prochain.