Économie – Social

Réforme du code du travail : Un millier de personnes à Grenoble

Par Antonin Kermen, France Bleu Isère mardi 12 septembre 2017 à 18:40

Les opposants Grenoblois aux ordonnances réformant le code du travail se sont retrouvés au Jardin de Ville
Les opposants Grenoblois aux ordonnances réformant le code du travail se sont retrouvés au Jardin de Ville © Radio France - Antonin Kermen

Pas de manifestation dans la capitale des Alpes contre les ordonnances réformant le code du travail, mais un rassemblement au jardin de ville, où un millier de personnes se sont rassemblées. Un préambule à d’autres journées d’action.

Les manifestations contre les ordonnances du gouvernement feront certainement leur retour dans les rues de Grenoble, mais pour commencer les syndicats ont organisé un rassemblement au jardin de ville. Devant un millier de personnes, les prises de paroles étaient destinées à faire émerger les arguments qui feront ensuite descendre les salariés dans les rues. Le nombre de participant n’était donc pas une priorité pour Lynda Bensella, la secrétaire générale de la CGT dans le département : « l’objectif c’est comment on fait pour faire germer la grève partout, partout, partout. Ce n’est qu’un début, c’est le tremplin ».

Les salariés de General Electric se sont joints au rassemblement - Radio France
Les salariés de General Electric se sont joints au rassemblement © Radio France - Antonin Kermen

Les salariés de General Electric à la tribune

Parmi les personnes conviées à la tribune, les représentants de General Electric, touché par un Plan de Sauvegarde de l’Emploi. « C’est Emmanuel Macron (alors Ministre de l’économie) qui a vendu l’entreprise aux Américains » explique Luc, un des employés qui visiblement n’a pas digéré « On sait qui s’est. On est des fainéants. Il n’a aucune pitié pour personne, il fait son chemin et il y va droit devant ».

Un peu plus loin, Eric conteste lui la légitimité du Président de la République à conduire cette réforme du code du travail, quand bien même cela faisait partie de son programme : « Il a été élu au deuxième tour contre Marine Le Pen, 15% des inscrits ce n’est une très forte légitimité ».

Luc, chômeur, lui ne croit pas un instant que ces ordonnances lui permettront de se faire embaucher : « Je me dis même le contraire, je vais me faire plus facilement encore débaucher tout ça en restreignant le reste de mes droits »

Une nouvelle journée de mobilisation est prévue le 21 septembre prochain.