Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Réforme du droit du travail : pas d'accord entre les syndicats, la CGT appelle seule à la mobilisation le 19 octobre

lundi 9 octobre 2017 à 22:05 Par Julien Baldacchino, France Bleu

Les principaux syndicats n'ont pas réussi à trouver un accord, ce lundi, sur une prochaine date de mobilisation contre la réforme du travail. Alors qu'une prochaine réunion est prévue le 24 octobre, la CGT appelle seule à une journée d'action le 19.

Manifestation (illustration)
Manifestation (illustration) © AFP - Julien Mattia / NurPhoto

Il n'y a pas eu d'accord, ce lundi soir, entre les centrales syndicales françaises, pour une nouvelle mobilisation contre la réforme du travail. Réunis lundi au siège de la CGT, les représentants d'une dizaine d'organisations (CGT, CFDT, FO, CFTC, CFE-CGC, Unsa, FSU, Solidaires, Unef, Fidl, Unel) ont tenté de trouver un accord, sans succès. "Certaines organisations considéraient que la date du 19 octobre", initialement proposée par la CGT, "était prématureée", a déclaré Fabrice Angéï, membre du bureau confédéral de la CGT, ajoutant que "certains voyaient davantage une date mi-novembre".

Après plus de deux heures de réunion, les organisations ont choisi de se revoir le 24 octobre, après une série de réunions prévues avec le président de la République et le Premier ministre, pour "essayer de bâtir une plate-forme unitaire". D'ici-là, la CGT a indiqué qu'elle appelait, seule, à des grèves et des manifestations pour la date du 19 octobre : "On continue le processus de lutte contre les ordonnances", explique Fabrice Angéï.

"Pas un baroud d'honneur"

Mais la date à fixer n'est pas le seul point de friction entre les syndicats. Jean-Claude Mailly (FO) a déclaré ne pas avoir "un mandat pour le retrait total des ordonnances". "Le retrait des dispositions qu'on conteste, oui, mais pas le reste", explique-t-il. De son côté, la CFDT refuse toujours de défiler contre les ordonnances travail : "Si nous voulons peser ensemble sur la réforme de l'assurance chômage, sur la réforme de la formation professionnelle, je crois que nous avons intérêt à parler d'une seule voix (...), si c'est pour faire un baroud d'honneur..." a expliqué Laurent Berger, secrétaire général de la CFDT.

A la veille d'une journée d'action commune des fonctionnaires, les syndicats restent en revanche d'accord sur la dénonciation d'un "problème de reconnaissance" des agents de la fonction publique. "Nous demandons au gouvernement (...) une discussion sur les missions du service public et la richesse que constituent les agents et un rendez-vous salariaal où il y a un gain de pouvoir d'achat pour les fonctionnaires", a également déclaré Laurent Berger.