Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie - Social

Régime minier : "on se sent trahi"

-
Par , France Bleu Lorraine Nord

Une bonne centaine d'anciens mineurs tentent toujours de mettre sous pression le gouvernement pour préserver leur régime d'assurance maladie, le régime minier. A l'appel de la CGT, ils se sont rassemblés hier devant la fédération départementale du parti socialiste à Maizières-Lès-Metz, ils ont transmis leurs craintes à la députée de la circonscription de Boulay-Saint Avold, Paola Zanetti.

D'anciens mineurs mosellans.
D'anciens mineurs mosellans. © Radio France - François Pelleray

Ils étaient une grosse centaine à avoir fait le déplacement à Maizières-Lès-Metz , devant la fédération départementale du parti socialiste , pour mettre la pression sur le gouvernement. Ils sont venus du bassin houiller de Moselle est, du pays haut, des anciennes salines de Varangéville près de Nancy et certains même des anciennes mines de potasse dans le Haut Rhin. Tous d’anciens mineurs qui refusent de voir détricoté un acquis, un régime d’assurance maladie particulier qui marque la reconnaissance de la nation .

Le régime minier offre une santé 100% gratuite à quelques 35 000 Mosellans (et 136 000 Français) et une santé de proximité avec un réseau de dispensaires . Mais c'est un régime en déficit de 112 millions d’euros que le gouvernement veut restructurer, après l’avoir sauvé fin 2013. La députée socialiste Paola Zanetti a reçu hier une délégation, elle s'est engagée à plaider leur cause auprès de la ministre de la Santé, Lors de la campagne présidentielle de 2012, François Hollande avait promis de « conserver ce régime jusqu’au dernier affilié  ».

Pas toujours les moyens d’avancer 23 euros

Les anciens mineurs ne roulent pas sur l'or et encore moins les veuves de mineurs  : « mon époux est resté mineur durant 15 ans, il est décédé, je n’ai que 270 euros de retraite par mois. Heureusement que j’ai travaillé de mon côté. Il y a des gens qui n’ont même pas les moyens d’avancer les 23 euros de la consultation chez le médecin  ».

Les délais de remboursement s'allongent. Les visites à domiciles sont plus rares à cause du manque de médecins. Et des centres de santé risquent de fermer à Porcelette, Hundling, Farschviller entre autres . Les mineurs à la retraite ont le sentiment que la nation ne reconnait plus leurs souffrances : « on a travaillé dans des conditions terribles et maintenant on nous jette comme de vieilles serpillères, est-ce que c’est normal ?  »

Quand on évoque le gouvernement, le mot « trahison  » revient souvent : « en fin de compte, ils sont en poste grâce à nous, c’est nous qui avons voté pour eux en 2012  ». La députée socialiste Paola Zanetti refuse d'entendre parler de trahison : « la reconnaissance de la nation a été garantie dans la mesure où le régime minier aurait dû disparaître le 31 décembre 2013. Il n’a pas disparu parce que le gouvernement socialiste l’a empêché. Mais le gouvernement dit qu’on ne peut pas rester ainsi, il va bien falloir faire évoluer ce régime minier pour garantir son avenir  ».

Regime minier Trot'

  • Mineur
Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu