Économie – Social

Le palmarès du tourisme dans la future région Acal

Par Isabelle Baudriller, France Bleu Alsace, France Bleu Champagne-Ardenne, France Bleu Elsass, France Bleu Lorraine Nord et France Bleu Sud Lorraine lundi 30 novembre 2015 à 6:00

Bons baisers d'Alsace Champagne Ardenne Lorraine !
Bons baisers d'Alsace Champagne Ardenne Lorraine ! © Radio France - Isabelle Baudriller

Le secteur du tourisme emploie plus de 73.000 personnes en Alsace, Champagne-Ardenne et Lorraine. Une économie qui "pèse" plus de quatre milliards d'euros dans les trois régions. Oenotourisme, sports d'hiver, tourisme de mémoire, grands événements drainent des millions de visiteurs.

Coteaux et caves de champagne inscrits au patrimoine mondial de l'Unesco, marchés de Noël alsaciens, stations de sports d'hiver vosgiennes : il existe plein de bonnes raisons de venir chez nous ! La future région Alsace Champagne-Ardenne Lorraine élargit son horizon à quatre pays : Belgique, Luxembourg, Allemagne et Suisse. "C'est une vraie chance. Il y a énormément d'atouts touristiques à faire valoir : l'offre culturelle, la nature, la gastronomie", estime Peter Boendermaker, directeur adjoint du Comité régional du tourisme (CRT) de Lorraine.

Peter Boendermaker : "l'Acal est une vraie chance !"

Les trois régions travaillent déjà de concert à travers l'Association des CRT Grand Est. Un exemple : Champagne-Ardenne et Lorraine planchent actuellement en lien avec la Belgique et les Pays-Bas sur la promotion de "La Meuse à vélo", un itinéraire cyclable entre le plateau de Langres et Rotterdam.

Champions ? Les magasins d'usine de Troyes !

L'économie touristique représente plus de 73.000 emplois en Acal et assure des retombées estimées à plus de 4 milliards d'euros. Quels sont les sites les plus attractifs ? En Champagne-Ardenne, la palme revient aux magasins d'usine de Troyes (Aube) qui totalisent cinq millions de visiteurs ! En Lorraine, le casino d'Amnéville (Moselle) occupe le haut du tableau avec près de 800.000 clients. En Alsace, la première place est occupée par les bateaux-promenades de Strasbourg : ils accueillent, eux aussi, près de 800.000 touristes. Autres lieux emblématiques : la cathédrale de Reims (1,5 million de visiteurs), le château du Haut-Koenigsbourg (550.000 visiteurs) et le Centre Pompidou-Metz (350.000 visiteurs).

Voir aussi : QUIZZ | Testez vos connaissances sur la région Acal : le tourisme

Oenotourisme et tourisme de mémoire

Avec l'inscription au patrimoine mondial de l'Unesco de ses coteaux, maisons et caves de champagne en juillet dernier, la Champagne-Ardenne mise sur un gain de touristes. En Alsace, l'oenotourisme séduit plus de deux millions d'amateurs. Ils arpentent notamment la Route des Vins et ses 70 villages viticoles. La Grande guerre et le dernier conflit mondial constituent aussi un trait d'union entre les trois régions actuelles. Le site de mémoire le plus visité, l'Ossuaire de Douaumont (Meuse), abrite les restes des soldats tombés pendant la bataille de Verdun (février - décembre 1916). Plus de 400.000 personnes sont venues s'y recueillir en 2014, année de lancement des cérémonies du centenaire.

Au-delà des lieux, le tourisme repose sur des événements d'ampleur. Un parfum de vin chaud a envahi les villes et villages de l'Est. Le marché de Noël de Strasbourg - le doyen des marchés, il existe depuis 1570 - draine 2 millions de visiteurs. Celui de Metz revendique aussi 2 millions de personnes et celui de Reims, 1,8 million. "Etant commerçant, je veux bien parler de concurrence mais positive", indique Eric Toussaint, président des Vitrines de Reims, association organisatrice du marché de Noël. "Les Rémois ont intérêt à aller voir le marché de Noël de Strasbourg et les Strasbourgeois ont intérêt à venir à Reims. Pas forcément pour nous comparer mais pour partager. Nous avons un magnifique kiosque à champagne sur le marché de Reims !"

"Comme si des anges passaient"_

Mireille Oster, dans sa boutique de pains d'épices à Strasbourg - Radio France
Mireille Oster, dans sa boutique de pains d'épices à Strasbourg © Radio France - Isabelle Baudriller

Véritable ambassadrice du marché de Noël de Strasbourg - à 8 ans déjà, elle aidait ses grands-parents confiseurs - Mireille Oster évoque une ambiance très singulière : "à partir de 16h, c'est comme si des anges passaient". Elle qui dose savamment miel, girofle, cannelle et cardamome pour fabriquer ses petits carrés de pain d'épices dans le quartier pittoresque de la Petite France rapporte cette anecdote d'un chauffeur de taxi "ayant lâché au marché de Noël deux parlementaires fatigués. Il a récupéré deux enfants".

Mireille Oster : cadeaux et pomme d'amour

Avide de voyages et de rencontres, Mireille Oster accueille avec bonheur la future Acal : "Avoir une ville comme Reims qui est la ville des sacres, ce n'est pas rien. Etre avec nos cousins lorrains, c'est très bien. On forme une très belle région. Tous nos savoirs peuvent être échangés, on va attirer un maximum de personnes. Vive la grande région"!