Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Reims : des livreurs Deliveroo et Uber Eats décrètent trois jours de grève

-
Par , France Bleu Champagne-Ardenne, France Bleu

Après plusieurs mobilisations, des livreurs Deliveroo et Uber Eats rémois ont décidé de faire grève pendant trois jours, à partir de ce vendredi 22 janvier. Ils estiment que leurs conditions de travail sont trop mauvaises et demandent une revalorisation de leur rémunération.

Une trentaine de livreurs étaient réunis ce vendredi mi sur la place d'Erlon à Reims.
Une trentaine de livreurs étaient réunis ce vendredi mi sur la place d'Erlon à Reims. © Radio France - William Gay Costa

Ils veulent marquer le coup. Après plusieurs manifestations sur la place d'Erlon à Reims, une partie des 500 livreurs Uber Eats et Deliveroo de la ville ont décidé d'un mouvement de grève inédit de 3 jours consécutifs à partir de ce vendredi. 

Ces livreurs estiment que leur rémunération n'est pas adaptée au travail qu'ils doivent fournir. L'un d'entre eux affirme qu'il a dû effectuer la veille six livraisons pour un montant total de 12 euros. Un autre dénonce "des conditions de travail épouvantables et qui se précarisent de jour en jour. Ces plateformes de livraison de repas imposent arbitrairement un cadre de travail digne d'un esclavage moderne".

La direction de la plateforme Deliveroo dit "ignorer de quelle légitimité se prévaut" le comité qui organise la grève et explique avoir "échangé longuement" avec une vingtaine de livreurs la semaine dernière. Et d'ajouter : "Si nous respectons sans réserve le droit à manifester, nous partageons les préoccupations exprimées par nos restaurants et livreurs partenaires qui souhaitent travailler et s'en trouvent empêchés par des blocages délibérés."

Contactée, la direction d'Uber Eats est sur la même ligne que son concurrent et explique qu'il existe à Reims "une équipe locale chargée des relations avec les livreurs et qui est disponible chaque semaine pour dialoguer avec les livreurs et revenir sur tous les sujets qui concernent leur activité, que ce soit la saisonnalité, les retours clients ou encore les revenus". 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess