Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : La nouvelle éco

Relance éco à Nancy : retour en cuisine en douceur sans les télétravailleurs

-
Par , France Bleu Sud Lorraine

Portrait d’une restauratrice qui s’est installée à son compte à Nancy, il y a tout juste un an. Une reprise en douceur et la solidarité des habitants du quartier lui permet d’espérer survivre à la crise sanitaire du Covid-19.

Une reprise en douceur avec des repas à emporter.
Une reprise en douceur avec des repas à emporter. © Radio France - Thierry Colin

Le resto-bistrot à la décoration soignée et au menu local et fait maison avait trouvé sa clientèle avant la crise sanitaire du covid-19, mais après des semaines de confinement et une réouverture très difficile, Juliette Lautel avoue que « ça reprend doucement ». L’Esperluette, situé à proximité d’Artem pouvait compter sur 1/3 de clientèle de bureau avant la crise sanitaire et la restauratrice souriante et optimiste ressent clairement l’effet du télétravail. 

Le restaurant a réorganisé ses horaires d’ouverture : le midi, du mercredi au samedi, après avoir fait des lundis catastrophiques. La cuisinière a apprécié les messages de soutien des habitués de sa table pendant le confinement. Clairement, la clientèle revient mais progressivement. La vente à emporter - avec des clients qui apportent leur contenant – ou le traiteur avec livraison permettent de faire un peu de chiffre pour cette restauratrice qui embauche un cuisinier qui bénéficie de l’aide au chômage partiel. 

35 couverts et cuisine locale

Le restaurant, situé à la limite de Nancy et Vandoeuvre voit sa trésorerie fondre « c’est compliqué » avoue la cheffe d’entreprise qui espère un retour à la normale après la pause estivale. Un restaurant qui mise sur le fait maison, le légume, la viande locale et le vin bio du toulois. Des tables espacées en salle, mais impossible de proposer une terrasse à proximité d’un feu rouge.

Après avoir surmonté le casse-tête des aides gouvernementales, le dossier de chômage partiel pour le cuisinier a été validé après trois refus sans raisons de l’administration et la passionnée de cuisine espère dresser ses 35 couverts quotidiennement en septembre. 

Habitants solidaires

C’est compliqué mais « ça reprend timidement » et « on espère qu’à la rentrée, cela va rentrer dans l’ordre » avoue la passionnée de cuisine qui ne compte pas ses heures pour tenter d’équilibrer les comptes de son restaurant « ce qui me touche, c’est quand je revois des habitants du quartier qui se montrent solidaires et qui me disent apprécier le fait maison et la cuisine locale ».

Pas de terrasse mais des tables espacées.
Pas de terrasse mais des tables espacées. © Radio France - Thierry Colin

France Bleu Sud Lorraine est à vos côtés pour vous accompagner durant l'été. Votre radio s'intéresse à une entreprise emblématique de notre région (fleuron industriel, club de sport, association, restaurant, etc.). Comment se porte-t-elle ? Quels enseignements tire-t-elle de cette pandémie de coronavirus ?

Ecoutez la cuisinière de L'Esperluette à Nancy.

Ecoutez la relance éco tous les matins sur France Bleu Sud Lorraine à 7H17.

Le restaurant a ouvert ses portes il y a tout juste un an.
Le restaurant a ouvert ses portes il y a tout juste un an. © Radio France - Thierry Colin
Choix de la station

À venir dansDanssecondess