Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : La nouvelle éco ind’è noi

La Relance Éco : à Olmeta di Tuda, le Corsica Zoo tente de séduire la clientèle locale

-
Par , France Bleu RCFM

Dans notre chronique la Relance Éco, RCFM s'intéresse aujourd'hui à la remise en route des parcs animaliers. Évidemment fermés durant la période de confinement, ces établissements ont dû pourtant continuer à entretenir, soigner et nourrir leurs animaux. Direction le Corsica Zoo, à Olmeta di Tuda.

Un contexte difficile pour Pascal Wolgemuth, le fondateur et dirigeant du parc animalier Corsica Zoo, à Olmeta di Tuda (Haute-Corse).
Un contexte difficile pour Pascal Wolgemuth, le fondateur et dirigeant du parc animalier Corsica Zoo, à Olmeta di Tuda (Haute-Corse). © Radio France - Maxime Becmeur

Le Corsica Zoo, c'est un pari fou. Celui d'une famille composée de passionnés par la faune sauvage. À quelques mètres du lac de Padula, à trois minutes de Saint-Florent,  vivent ici, en semi-liberté. Dromadaires,  kangourous, renards, lamas, autruches et bien d'autres encore peuplent les vastes enclos.

Pascal Wolgemuth, la trentaine, est à l'origine de ce projet qui s'est concrétisé peu avant l'été 2019. La crise sanitaire a été pour son entreprise un sacré coup dur.

Au minimum 6000 euros de nourriture par mois

Malgré la fermeture, les frais sont restés les mêmes. "Au minimum, 6.000 euros par mois pour nourrir l'ensemble des pensionnaires. Sans compter les soins prodigués par les vétérinaires. Heureusement, dès la réouverture en juin, le zoo a pu compter sur la clientèle locale qui était impatiente de revenir voir nos animaux", explique le propriétaire des lieux, touché par la solidarité des visiteurs.

Cela dit, l'établissement de Pascal Wolgemuth a aussi besoin des flux touristiques. En raison des incertitudes liées à la fréquentation, il a fallu s'adapter et faire par exemple l'impasse cet été sur les recrutements d'employés saisonniers. Pour poursuivre son essor, le Corsica Zoo prévoit de recevoir de nouvelles espèces dans les années à venir. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess