Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : La nouvelle éco : comment le coronavirus bouleverse l’économie

La relance éco : "Bouge ton coq", une plateforme numérique pour aider le monde rural à lancer des projets

-
Par , France Bleu Pays d'Auvergne

Cette plateforme numérique récolte les dons des entreprises, des pouvoirs publics et des citoyens pour financer des projets en milieu rural. Deux Auvergnats originaires de Ravel dans le Puy-de-Dôme ont lancé cette initiative en janvier 2020.

commerces à Saint Ours les Roches commune de 1700 habitants dans le Puy de Dôme
commerces à Saint Ours les Roches commune de 1700 habitants dans le Puy de Dôme © Radio France - Jean-Pierre de Mongelas

Nous avons fait germer l’idée d’un mouvement citoyen, d’ancrage local mais d’ambition nationale, doté d’une plateforme numérique pour permettre aux projets des villages d’être soutenus par tout un chacun, partout en France. En une phrase explicative sur le site internet de Bouge ton coq, tout est dit. Christophe et Emmanuel Brochot sont deux frères issus du milieu rural. Ils sont nés à Ravel, une petite commune du Puy-de-Dôme bien connue pour son château. Une ancienne forteresse royale du XIIe siècle réaménagée au XVIIIe qui appartenait à la famille de Riberolles dont ils sont les descendants par leur mère. 

Installés à Paris pour raisons professionnelles, ils n'ont jamais oublié leurs origines et connaissent bien les difficultés du monde rural. Après deux ans de gestation, leur projet est mis en route début janvier 2020. "On s'est rendu compte qu'il y avait des énergies incroyables dans la ruralité, beaucoup d'idées, de volonté mais que trop souvent ces initiatives n'aboutissaient pas pour des raisons financières", explique Emmanuel Brochot. "Bouge ton coq est né de cette idée d'apporter des flux financiers à l'ensemble des initiatives qui préexistent dans la ruralité. On n'est pas là pour sauver les villages, on est là pour faire en sorte que cette merveilleuse énergie puisse éclore dans l'ensemble de ces territoires."

"C'est qui le patron?" et Airbnb partenaires

Cette plateforme fonctionne en partie sur le modèle du crowdfunding, un outil de collecte de fond qui fonctionne sur une plateforme internet et qui permet aux contributeurs de choisir collectivement de financer des projets identifiés. L'originalité de la plateforme "Bouge ton coq" réside dans sa capacité à rassembler les pouvoirs publics, les entreprises et les citoyens. Le mécénat d'entreprise, les subventions publiques et les dons de particuliers sont les bienvenus. Les possibilités de financements sont donc plus importantes. Les donateurs doivent répondre à deux critères "On peut donner à bouge ton coq à partir de deux euros, c'est presque une opération "pièces jaunes", précise Emmanuel Brochot. "En revanche on demande aux donateurs de s'inscrire dans la durée pendant plusieurs mois pas forcément pendant trois ans!. On s'engage en un clic, mais bien sûr on peut aussi se désengager en un clic!. Ces mêmes donateurs votent ensuite pour les projets qui seront aidés." 

Les deux fondateurs auvergnats sont agréablement surpris du succès que rencontre "Bouge ton coq" auprès des entreprises alors que la crise du Covid n'est pas terminée. La possibilité de défiscaliser les dons n'y est sans doute pas étrangère. Plusieurs sociétés importantes soutiennent l'opération. C'est le cas de "C'est qui le patron?!", la marque du consommateur, qui a versé une somme restée secrète mais bien supérieure à 100.000€ pour aider à la revitalisation des territoires grâce auxquels elle a réalisé des plus-values pendant la période de confinement. Cette semaine, Airbnb, spécialiste mondial de l'hébergement, a signé un partenariat avec "Bouge ton coq" pour inciter ses 18 millions de voyageurs à verser un don sur la plateforme  "Bouge ton coq"!

Opération "c'est ma tournée!"

Comme la majorité des chefs d'entreprises les frères Brochot ont été déstabilisés par l'arrivée inattendue de l'épidémie de Coronavirus alors qu'ils venaient de lancer leur plateforme de mise en relation seulement deux mois auparavant. "A peine sortis du bois pour démarrer notre projet, le Covid est arrivé. On s'est dit qu'est ce qu'on fait? _Pendant que tout le monde se concentrait sur le volet sanitaire, nous en a anticipé la crise économique et monté l'opération " C'est ma tournée"_. Elle a pour objectif de venir en aide, une aide immédiate et très rapide aux petits commerçants, aux producteurs et artisans qui connaissent des difficultés financières suite à la cessation de leur activité pendant le confinement et même après." 

Cette souscription national se fait en partenariat avec l’association des maires ruraux de France. Les édiles servent d'intermédiaires auprès de leurs administrés pour leur fournir les documents nécessaires pour déposer leurs candidatures motivées. Candidatures ensuite validées avec le tampon de la mairie afin de pouvoir espérer obtenir une aide financière. Seuls les commerces implantés dans des communes de moins de 3.500 habitants et n'ayant pas un chiffre d'affaire annuel supérieur à 100.000 euros peuvent y prétendre. 

Un comité de pilotage se réunit chaque semaine pour choisir les commerçants de proximité et les producteurs locaux en difficulté qui se verront attribuer une somme en fonction des dons récoltés chaque semaine par la plateforme. "Pour cette opération " c'est ma tournée" liée au Covid-19 on est plus sur des dons ponctuels qui sont en moyenne de 50 euros. Tout le monde peut donner sur la plateforme et je rappelle que c'est défiscalisable!" souligne Emmanuel Brochot.

Catherine Gardarin tient l'institut de beauté Sérénité à Pontgibaud. Elle a obtenu  1500 euros
Catherine Gardarin tient l'institut de beauté Sérénité à Pontgibaud. Elle a obtenu 1500 euros © Radio France - Jean-pierre de Mongelas

Déjà 18.500 euros versés dans le Puy-de-Dôme

143 petites structures ont déjà touchées des aides en France et  14 commerçants et artisans du Puy-de-Dôme en ont bénéficié grâce à "Bouge ton coq". Catherine Gardarin 51 ans, est l'une des heureuses élues. Elle possède le fond de commerce de son institut de beauté à Pontgibaud, mais elle doit verser un loyer mensuel de 500 euros au propriétaire des murs. Elle se dégage un salaire mensuel de 1.000€ par mois. Sur le formulaire qu'elle a envoyé, elle à demandé 1.500 euros et elle les a obtenus. 

De là à regretter de ne pas avoir demander plus ? "J'ai demandé ce dont j'avais besoin" dit-elle. "Cet argent me permet de payer un loyer, plus un de mes salaires perdus. J'ai pu aussi refaire mon stock de produits avant la réouverture de mon institut. Au mois de mars, j'ai perdu 80% de mon chiffre d'affaire et 100% en Avril. Cette somme, ça fait vraiment du bien c'est très sympa de leur part. Je pense que si je l'ai obtenu c'est parce que j'ai expliqué sur ma candidature que j'étais veuve avec encore une de mes filles de 14 ans à charge." 

Le bouche-à-oreille faisant son chemin, il semble que plusieurs autres commerçants de Pontgibaud soient en train de monter un dossier dans l'espoir de voir leur candidature retenue par le comité de pilotage de "Bouge ton coq". Y en aura t-il  pour tout le monde ? La France à 70% rurale, compte 26.000 communes de moins de 3.500 habitants. 

Catherine Gardarin dans son institut de beauté à Pontgibaud
Catherine Gardarin dans son institut de beauté à Pontgibaud © Radio France - Jean-Pierre de Mongelas
Choix de la station

À venir dansDanssecondess