Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Retrouvez les résultats définitifs du second tour des Municipales, commune par commune

Tous les résultats
Dossier : La relance éco, France Bleu à l’heure du déconfinement

La "relance éco" : comment la fonderie Péna à Mérignac résiste à la crise du Covid-19

-
Par , France Bleu Gironde
Mérignac, Gironde, France

Beaucoup de patrons de PME girondines subissent de plein fouet les conséquences de la crise du Covid-19, surtout les sous-traitants de l'aéronautique. D'autres manquent cruellement de visibilité à court et moyen terme.

Atelier de la fonderie Péna
Atelier de la fonderie Péna - Fonderie Péna

La fonderie Péna souffle cette année ses cent bougies. Les dirigeants actuels de cette entreprise familiale située à Mérignac sont les arrières petits-enfants du créateur. 

Spécialisée à l'origine dans le bronze, alliage qu'elle continue à travailler, elle produit aujourd'hui des pièces moulées en acier, inox, aluminium, à l'unité ou en petites séries, pour un poids qui va de quelques centaines de grammes  à 600 kilos pour les plus importantes en acier. Elle consacre aujourd'hui 80% de son activité à la robinetterie industrielle dans de multiples secteurs, qu'il s'agisse du ferroviaire, de l'alimentaire, du nucléaire. Ou encore dans la pétrochimie, un secteur qui connaît avec la crise du Covid-19 un spectaculaire coup d'arrêt.

Or, certains des clients les plus importants de la fonderie Péna travaillent  pour des compagnies pétrolières ou des groupes pétrochimiques. Eux-mêmes ont vu leur carnet de commandes se vider à vue d'oeil, dans des proportions allant d'un tiers à la moitié.  

Les commandes ont fondu mais l'entreprise résiste

Philippe Péna, le directeur général de la fonderie, parle d'une baisse de 40% de ses commandes. Il a dû se résoudre, au coeur de la crise,  à mettre ses salariés - ils sont un peu plus d'une vingtaine - au chômage partiel pendant deux semaines. Depuis, l'activité a repris : l'entreprise vit en ce moment sur les commandes passées au début de l'année. Mais jusqu'à quand ? C'est bien la question qui taraude Philippe Péna. Il redoute la période qui s'ouvrira après l'été. Le secteur pétrolier aura-t-il repris des couleurs, assez pour investir dans de nouveaux équipements ? C'est le souhait qu'il formule tout en reconnaissant n'avoir aucune visibilité sur le marché en question. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu