Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : La relance éco, France Bleu à l’heure du déconfinement

La relance éco: les professionnels du tourisme misent sur la clientèle auvergnate pour booster la saison

-
Par , France Bleu Pays d'Auvergne

Après deux mois de confinement, les pertes se chiffrent à deux milliards d'euros pour le tourisme régional. Les professionnels du secteur ont le moral en berne. Depuis que le Premier Ministre a annoncé que les Français pourront partir en vacances, ils espèrent profiter d'une clientèle locale.

Les crêtes du Sancy voient défiler en moyenne 200 000 randonneurs chaque été.
Les crêtes du Sancy voient défiler en moyenne 200 000 randonneurs chaque été. © Radio France - Juliette Micheneau

21,2 milliards d'euros, plus de 171.000 emplois et 9% du PIB : trois chiffres pour comprendre l'importance stratégique du secteur tourisme en Auvergne-Rhône-Alpes, la deuxième région la plus visitée de France. L'Auvergne pèse 15% du volume global. La période de confinement liée à l'épidémie de Coronavirus représente à elle seule une perte sèche de deux milliards d'euros pour la région. L'Auvergne à son échelle a été très impactée. "Après le bilan, ce qui est important maintenant c'est de se tourner vers l'avenir" explique Lionel Flasseur le directeur général du Comité régional de tourisme. 

Un avenir moins sombre qu'il n'y parait depuis les décisions prises par le comité interministériel du tourisme la semaine dernière. "Des annonces plutôt rassurantes", juge Lionel Flasseur "les conditions économiques pour assurer la survie des opérateurs touristiques sont maintenues par le gouvernement qui conserve le fond de solidarité et le chômage partiel, ce qui nous donnera plus de souplesse et facilitera la reprise. Mais le plus important peut-être c'est l'annonce que les français auront des vacances et pourront librement circuler sur le territoire national pour juillet et août. C'est une annonce que l'on attendait, et dés qu'elle a été faite on a observé une reprise des réservations pour cet été. Bien sûr ça n'a rien à voir avec ce qu'on a fait l'année dernière mais pour autant l'horizon s’éclaircit." 

Le Panoramique de retour au sommet

Des incertitudes subsistent encore car les opérateurs attendant début juin la confirmation de la date de réouverture d'un certain nombre de sites de loisirs, de l’hôtellerie de plein air et des restaurants. Les conditions de réouverture inquiètent aussi les professionnels du tourisme car elles représentent bien sûr un enjeu pour la santé, mais aussi un enjeu économique. 

Prenons l'exemple du Panoramique des Dômes, le train à crémaillère qui permet d'accéder au sommet du Puy de Dôme. Sa remise en service est programmée ce jeudi mais les règles de distanciation à respecter exigent qu'il y ait suffisamment d'espace entre chaque voyageur. Le nouveau directeur général de TC Dôme en charge de la gestion du train, Nicolas Tournebize, explique "_qu'on ne pourra installer que 65 voyageurs par rame au lieu de 200_. Nous ne pourrons même pas augmenter la fréquence des rotations en juillet et en août pour compenser le manque à gagner car nous sommes déjà au maximum."  

La clientèle locale ciblée 

Les opérateurs touristiques d'Auvergne-Rhône-Alpes comptent en premier lieu sur les 6 où 7 millions de Français qui partent d'habitude à l'étranger. Une clientèle qui devrait rester dans l'hexagone cette année en raison du Coronavirus et qu'ils espèrent attirer en faisant valoir les atouts de la région terre des grands espaces, ce qui concerne plus particulièrement l'Auvergne. Mais comme on n'est jamais mieux servi que par soi-même, ils espèrent capter une clientèle locale. La consommation touristique de la région Aura est déjà une réalité, explique Lionel Flasseur le directeur général du comité régional de tourisme. "27% de nos touristes en temps normal sont des habitants de notre région. C'est une des cibles avec les habitants de la région parisienne."

C'est le branle-bas de combat dans le massif du Sancy, nous sommes prêts à accueillir les touristes! - Luc Stelly directeur de l'office de tourisme du Sancy

La saison bien compromise par l'épidémie de Covid-19, il ne fallait pas rater le pont de l'ascension, premier acte de la période estivale. Les acteurs du tourisme dans le massif du Sancy en ont bien conscience. Luc Stelly, le directeur de l'office de tourisme du Sancy, le confirme "Tous ce qui est possible d'ouvrir est ouvert, les parcours aventures, l'activité chiens de traîneau, le déval kart, la luge d'été, un télésiège, bref une multitude d'activités extérieures." 

Alors que la saison touristique cherche son second souffle, Lus Stelly se réjouit de voir que les annulations de séjours sont moins nombreuses depuis quelques jours. "Bien sûr on a un gros retard de réservations. Les chiffres parlent d'eux-mêmes, 14 points de moins en juillet, mais en août seulement 7 points, ce qui n'est pas très important au regard de la crise que l'on vit. Septembre devrait  même repasser en positif en terme de réservation de séjour car beaucoup de curistes qui viennent à la Bourboule ou au Mont Dore ont annulé leur cure au printemps pour la reporter à l'arrière saison. Pour être optimiste, je remarque aussi que depuis l'annonce du premier ministre, et la possibilité de partir en vacances cet été, nous avons des signes qui montrent l'intérêt des vacanciers pour le massif du Sancy. Par exemple le nombre de visiteurs quotidien sur notre site internet est multiplié par trois."

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu