Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : La nouvelle éco, comment le coronavirus bouleverse l’économie

La relance éco : en Creuse, les laiteries... ou pas !

-
Par , France Bleu Creuse

Dans la Creuse, plusieurs dizaines de laiteries et fromageries doivent faire face au coronavirus et ses conséquences. Selon leur taille et leur nature, elles n'ont pas subi le même impact. Mais pour toutes, l'avenir est incertain.

Fromages
Fromages © Radio France - Fabien Arnet

La laiterie Chavegrand, située à Maison-Feyne, est la plus grosse laiterie du département. En comptant la société d'exploitation, la société de tranport et la société immobilière, elle emploie 130 personnes, pour un chiffre d’affaires global estimé à  près de 60 millions d’euros.

Dans la laiterie Chavegrand
Dans la laiterie Chavegrand © Radio France - Fabien Arnet

Les camemberts, coulommiers et autres bûchettes de chèvre se vendent jusqu’en Australie. Malgré l’arrêt brutal des exportations, les affaires ont continué de tourner. "Nous n'avons jamais arrêté de produire, explique le patron Jean-Claude Chavegrand, et même c'était difficile d'arriver à fournir à certains moments sur certains produits."

Le patron de la laiterie avoue quand même avoir eu très peur. Et il craint toujours de devoir arrêter la production en cas d’intrusion du virus dans l’enceinte de la société.

On achète à la semaine, on n'achète plus au mois - Jean-Claude Chavegrand

Quant aux prévisions d'avenir, rien n'est clair... sauf qu'il n'y aura pas d’investissement massif ni de dépense au long cours. "On tourne au même régime qu'en temps ordinaire. Mais on anticipe un risque de réduction de régime. Donc nous n'achetons qu'à la semaine, on n'achète plus au mois ou pour deux mois."

Plus à l’est, à Gouzon, la laiterie de la Voueize emploie 10 personnes pour un chiffre d’affaires de deux millions d’euros.

Comme si on tapait dans un mur en béton - Pierre Dischamp

Mi-mars, le patron Pierre Dischamp a du faire face à un arrêt brutal d’activité,  à part pour le yaourt pour lequel la demande n'a jamais baissé. "On a eu un arrêt brutal des commandes, les clients ont arrêté de commandé, donc sur le chiffre d'affaires d'avril on a eu une chute de presque 40%. C'est comme si on tapait dans un mur en béton."

L'opercule du Pti Creusois, le yaourt de la laiterie de la Voueize, né en 2019
L'opercule du Pti Creusois, le yaourt de la laiterie de la Voueize, né en 2019 © Radio France - Olivier Estran

Les fromages produits à Gouzon sont généralement vendus à la coupe, une activité qui a été pratiquement stoppée dans les grands magasins ces dernières semaines. Mais Pierre Dischamp  compte surmonter l’épreuve. "Il n'y a pas une seule mesure qui va permettre de remonter la pente... il en faudra plusieurs. On compte continuer à installer notre gamme de yaourts chez les clients. Pour être encore ancrés plus localement, on va se rapprocher des producteurs de lait de la commune pour travailler avec eux. Enfin on va développer une gamme bio pour ajouter d'autres marchés."

En mars, Mont Lait a connu une vente "complètement folle"

A Auzances enfin, la laiterie des montagnes d’Auzances, qui emploie une cinquantaine de personnes, a continué de produire, au grand soulagement de Pascal Leclercq, producteur de lait à Saint-Bard. "Le lait c'est une denrée périssable, tous les trois jours il faut que les tanks se vident. Au départ, j'avais la crainte que les salariés de la laiterie arrêtent de travailler. D'ailleurs je tiens à les remercier du fond du cœur parce qu'ils ont fait un travail super, dans des conditions pas faciles, il y a de la chaleur, des odeurs, je leur dis chapeau."

Mont Lait au salon de l'agriculture à Paris
Mont Lait au salon de l'agriculture à Paris © Radio France - Camille Andréa

Pascal Leclercq produit pour la marque Mont Lait, dont le lait et le beurre sont fabriqués à Auzances. "Pour Mont Lait, ça s'est très bien passé, on a eu une vente complètement folle au mois de mars. On a vendu du lait comme on ne pensait pas en vendre. On a aussi vendu du beurre à grande échelle. Là c'est retombé, on est revenu dans la norme on va dire."

Sur un mois, le chiffre d’affaires de Mont Lait a augmenté de 50%. Un signe extrêmement positif pour l’association des producteurs de lait de montagne (APLM), qui regroupe plusieurs centaines de producteurs du grand Massif-Central.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess