Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : La relance éco, France Bleu à l’heure du déconfinement

Relance Eco : l’activité nautique … à la rame !

-
Par , France Bleu RCFM

Elles n’attendaient que ça : l’ouverture des plages et des espaces maritimes à la navigation de plaisance. Elles ? ce sont ces dizaines d’entreprises ou de sociétés insulaires spécialisées dans les activités nautiques, saisonnières donc, privées de leur outil de travail jusqu’à ce 21 mai.

Les professionnels du nautisme misent tout sur juillet-août
Les professionnels du nautisme misent tout sur juillet-août © Maxppp - G.Tourte

1 plaisancier sur 2 souhaite naviguer immédiatement après la levée des restrictions de déplacement ou alors cet été. 22% d’entre eux préfèrent attendre l’automne et 20% préfèrent décaler leurs vacances en mer à 2021 ou 2022. C’est le résultat d’un questionnaire réalisé du 21 avril au 8 mai dernier, auprès de la communauté nautique française, par l’entreprise spécialisée « GlobeSailor ». 1443 personnes y ont répondues !

La Corse 3ème choix des plaisanciers
La Corse 3ème choix des plaisanciers

Une enquête de laquelle il ressort également que ces plaisanciers vont privilégier cet été les côtes françaises, à 61% contre 30 habituellement. Dans ce classement, la Corse n’arrive qu’en 3ème position avec 16,5% des souhaits de destination, derrière la Côte d’Azur (18,3%) et les côtes de la Manche et de l’Atlantique (22,4%). Des chiffres qui ne vont pas aider à remonter le moral des sociétés et entreprises nautiques insulaires déjà pénalisés par la crise à cause de la fermeture des ports et de l’impossibilité de naviguer depuis la mi-mars jusqu’à ce jeudi. La navigation de plaisance est donc redevenue possible en ce long week-end de l’Ascension, mais pour l’instant dans un périmètre de 54 milles maximum et nul ne sait surtout à quel niveau se situera la jauge « touristique » de ce prochain été et dans quelles conditions sanitaires se déroulera la saison. 

"Au niveau du chiffre d'affaire c'est la catastrophe"

Dans le port « Tino Rossi » à Ajaccio, Anaïs Piogé s’affaire autour de ses deux sociétés, « Voglia di Mare », prestataire de services nautiques et « Corse Catamaran », spécialisée dans la location à la semaine. La petite reprise constatée depuis la semaine dernière avec quelques réservations ne viendra pas soulagée le flop de cette avant saison : « au niveau du chiffre d’affaire c’est la catastrophe. En mars on a perdu 75%, en avril pareil (…), pour le mois de mai on va remonter un peu mais on ne dépassera pas les 50%. En juin, d’habitude c’est un mois où on est complet mais là on est dans l’incertitude, on ne sait pas si ça va bouger, les plaisanciers peuvent naviguer oui mais pas mouiller pour l’instant, on attend les autorisations préfectorales. Notre espoir en fait va surtout se porter sur juillet et août, si les gens peuvent venir en corse ». La première conséquence directe sera au niveau de l’emploi. Si Anais Piogé va pouvoir conserver ses 8 personnes qui travaillent en CDI à l’année, les saisonniers qui arrivaient à être une quinzaine chaque été (Skippers, femmes de ménage …), devraient cette fois se compter sur les doigts d’une seule main. 

Une navigation à vue qui s’impose également à Jean François Giagù, directeur de la société « Motorship », qui a également ses cales sur le port de l’Amirauté à Ajaccio. Si la partie gardiennage de son activité lui assure une base de travail annuel (une quarantaine de bateaux dans ses hangars), il ne sait toujours pas si les propriétaires de ces navires vont venir : « je n’ai à l’heure d’aujourd’hui aucune réponse, confie-t-il, et s’ils ne viennent pas où beaucoup moins sur la durée, c’est toute la partie entretien et services qui tombe à l’eau ». Mais le plus inquiétant pour ce professionnel reste son autre secteur d’activité, la vente et la location de bateaux. « Dans quelles mesures les gens vont-ils pouvoir venir en Corse ? Qui de l’ouverture des hôtels ? La Température est difficile à prendre, personne ne sait vraiment comment ça va se passer ». Beaucoup d’interrogations qui ne mènent pour l’instant qu’à un seul constat : un début de saison perdu et une baisse d’activité importante. «Tous les salons nautiques du début de saison ont été annulés, or c’est là qu’on prend des contacts et qu’on réalise nos ventes de bateaux » rappelle avec amertume JF Giagù. Un coup dur pour lui qui a racheté cette entreprise ajaccienne il y a 6 ans.

"Les emplois saisonniers sont menacés si les touristes ne viennent pas cet été"

Karine Gasset elle a un peu plus de vécu dans ce secteur. Avec son mari, elle dirige la SARL « Le Ponton », la sur plage de St Cyprien, à Lecci de Porto-Vecchio. Une institution familiale vieille de 40 ans et qui n’avait jamais été confrontée à une telle situation. La réouverture ce week-end a ramené un peu de sourire sur les visages, même si le retard est conséquent et les pertes avec. Les 4 saisonniers, des moniteurs diplômés d’état spécialisés dans le ski nautique ne sont pas encore là. Il se pourrait qu’il n’y en ait que deux pour débuter. « On verra après, selon le déroulement de la saison », souligne Karine, en pensant surtout aux deux mois d’été qui représentent « 60 à 70 % des recettes annuelles ». Mais comme beaucoup d’autres, la famille Gasset s’est d’ores et déjà résignée à une baisse de 50% de son activité sur ces deux mois forts de la saison, dont une grande partie assurée par une clientèle locale.

Sur ce dernier point d’ailleurs tous se retrouvent, qu’il s’agisse de Karine, d’Anaïs ou de Jean François : la clientèle insulaire, qui n’avait pas besoin d’être démarchée, puisque résident sur place, pourrait faire l’objet d’un peu plus d’attention de la part des professionnels du nautisme au travers d’opérations de promotion comme on peut d’ores et déjà en voir sur les réseaux sociaux.

France Bleu RCFM est à vos côtés pour vous accompagner pendant la  période de déconfinement. Chaque jour à 7h17, votre radio s'intéresse à  une entreprise emblématique de notre région (fleuron industriel, club de  sport, association, restaurant, etc.). Comment se porte-t-elle ? Quels  enseignements tire-t-elle de cette pandémie de coronavirus ? Comment se  projette-t-elle dans l’avenir ? 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu