Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : La relance éco, France Bleu à l’heure du déconfinement

Relance éco : le poney club d'Orléans repart doucement

-
Par , France Bleu Orléans

Fermé pendant plus de deux mois, le poney club d'Orléans, qui accueille près de 400 licenciés chaque année, a rouvert ses portes à la mi-mai. Mais la reprise se fait doucement et les stages d'été peinent à se remplir.

Le Poney Club d'Orléans a été créé il y a 30 ans et accueille 400 licenciés.
Le Poney Club d'Orléans a été créé il y a 30 ans et accueille 400 licenciés. © Radio France - Alexandra Lagarde

Sous le grand manège extérieur, les enfants et moniteurs, en tenues de cavaliers et masques sur la bouche montent de nouveau à cheval. Sur l'un des poneys, le petit Lucas, 7 ans et demi, se réjouit d'être là : "ça fait trois mois que je ne suis pas venu ici, ça m'avait beaucoup manqué." 

Mesures barrières 

Entre deux manèges, Pascal Deboudt, le créateur et directeur du poney club regarde attentivement les enfants : "on a divisé le poney club en trois, pour permettre de garder les distances de sécurité. Tout le monde reste séparé, on ne prend pas de risques comme ça. Et puis nous avons trois hectares et des manèges très grands et aérés, franchement nous avons pu mettre en place des mesures barrières plutôt aisément. Il fallait surtout comprendre les textes."  

Pascal Deboudt a créé ce centre équestre il y a 30 ans avec sa compagne.
Pascal Deboudt a créé ce centre équestre il y a 30 ans avec sa compagne. © Radio France - Alexandra Lagarde

30.000 euros de pertes 

Et si la réouverture à la mi-mai a pu sans faire sans trop de difficultés, grâce aux grands espaces, la période du confinement a été plus complexe à gérer pour le club, installé depuis 30 ans déjà : "on a perdu beaucoup d'argent, près de 30.000 euros en trois mois. Et puis il a fallu continuer de payer les charges et surtout de nourrir les chevaux. Heureusement les aides de l'Etat et la solidarité d'Orléanais qui nous prêtaient leurs champs pour laisser en pâture les chevaux nous a beaucoup aidé."   

Chômage partiel et réduction des effectifs 

Et puis, pour faire face à ces pertes financières, le directeur Pascal Deboudt a dû mettre au chômage partiel une partie de ses employés : "j'emploie à l'année six personnes et l'été jusqu'à dix personnes. Pour l'instant, nous sommes dix personnes à travailler sur le centre cet été, mais si les stages ne sont finalement pas complets, nous devrons peut-être réduire les effectifs. D'habitude les stages sont complets dès le mois d'avril, là on peine à les remplir..." 

Chaque année environ 30 % de nos effectifs sont remplacés 

Mais le plus important maintenant, selon le directeur, c'est la perspective de la rentrée en septembre : _"chaque année environ 30 % de nos effectifs sont remplacés, des enfants nous quittent pour diverses raison_s et d'autres les remplacent. Mais je crains que cette année ce soit plus compliqué, que les gens ne viennent pas à la rentrée."  

Le centre équestre a décidé de ne pas fermer ses portes cet été, contrairement aux autres années, pour faire face à la baisse du chiffre d'affaires.
Le centre équestre a décidé de ne pas fermer ses portes cet été, contrairement aux autres années, pour faire face à la baisse du chiffre d'affaires. © Radio France - Alexandra Lagarde

Attirer de nouvelles personnes 

Alors pour mettre toutes les chances de son côté le directeur a décidé de revoir sa manière de travailler ces prochains mois : "nous mettons en avant des stages et activités que nous ne montrions pas forcément avant le confinement. L'idée c'est de proposer de donner la possibilité et l'envie surtout de tester l'équitation avant la rentrée pour peut-être attirer de nouvelles personnes. 

Cette année, le centre équestre accueillait près de 400 licenciés. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess