Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : La nouvelle éco : comment le coronavirus bouleverse l’économie

La relance éco : les sociétés d'autocars du Nord-Pas-de-Calais demandent de l'aide aux habitants

-
Par , France Bleu Nord

C'est un appel à l'aide que lance Raymond Vincent, PDG de 3 sociétés d'autocars du Nord. 30% des 170 salariés sont au chômage partiel et il demande aux habitants de la région de "reprendre confiance" et de voyager à nouveau en car.

La relance éco, c'est tous les jours à 7h17 et 9h sur France Bleu Nord
La relance éco, c'est tous les jours à 7h17 et 9h sur France Bleu Nord © Radio France

"Le 16 mars tout s'est arrêté" c'est complètement dépité que Raymond Vincent PDG de Cars Delgrange à Oost-Cappel, des autocars Deltour à Bondues et de Flandria Cars à Bollezeelle, parle de la situation actuelle. Malgré le déconfinement, sur 170 salariés, 30% sont toujours au chômage partiel, il estime avoir perdu 85% de chiffres d'affaires pendant le confinement, et il ne voit pas vraiment le bout du tunnel. Pour s'en sortir, il demande aux habitants de la région de reprendre l'autocar. 

Situation "très compliquée"

France Bleu Nord : quelle est la situation actuelle dans vos 3 sociétés qui ont des activités variées (tourisme, transport scolaire, transport low-cost)

Raymond Vincent : Contrairement aux idées reçues la reprise n'est pas là. Si on parle des transports scolaires et des lignes régulières qui dépendent de la région des Hauts-de-France, ça s'est bien passé puisque la région a maintenu les financements, en revanche pour le reste pour le tourisme et les lignes "Macron" c'est plus compliquée. La reprise n'est pas là. 

FBN : Personne ne veut organiser des voyages?

RV : Non, le 16 mars au soir on est passé à un chiffre d'affaires à 0%, tout s'est arrêté du jour au lendemain. 

FBN : Vous voyez le bout du tunnel?

RV : Non ! Gérer aujourd'hui c'est prévoir et là c'est impossible de prévoir

"Il n'y a pas plus de risque"

FBN : Que pouvez-vous faire, que faut-il faire pour relancer l'activité?

RV : Reprendre confiance, accepter l'idée que dans le transport de voyageurs aujourd'hui, toutes les normes de sécurité sont en place. En les respectant il n'y a pas de risque. Aujourd'hui partir en voyage en autocar c'est comme aller au Parc Astérix ou à Eurodisney, c'est comme se balader dans les rues de Lille, il n'y a pas plus de risque. Il faut que les gens reprennent confiance, il y a possibilité de voyager en autocar dans des conditions de sécurité optimum. 

"Je lance un appel aux habitants"

FBN : Quel protocole est mis en place dans les autocars?

RV : Les conducteurs sont isolés, on respecte les règles de distanciation, il y a des plexiglas, du gel hydroalcoolique, le port du masque est obligatoire. Tout est en place pour voyager sans aucun problème majeur. Je lance un appel aux habitants, il faut voyager en car, ne pas avoir peur il n'y a aucun problème. Les véhicules sont nettoyés et désinfectés tous les jours. On désinfecte avec un système à l'ozone qui permet de détruire tous les microbes. On est sur des normes de sécurité sanitaire irréprochables. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess