Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : La nouvelle éco : comment le coronavirus bouleverse l’économie

La relance éco : reprise intéressante et achat d'un concurrent, Serge-Ferrari dépasse désormais 1000 emplois

-
Par , France Bleu Isère

Chaque jour, France Bleu accompagne ceux qui font redémarrer l'activité économique. Rendez-vous ce matin avec l'entreprise Serge-Ferrari dont le siège est à Saint-Jean-de-Soudain. Elle est spécialiste des toiles techniques innovantes.

Sébastien Baril, directeur marketing du groupe Serge-Ferrari, lors de la présentation de la membrane composite capable d'éliminer le coronavirus, mi-mai de cette année.
Sébastien Baril, directeur marketing du groupe Serge-Ferrari, lors de la présentation de la membrane composite capable d'éliminer le coronavirus, mi-mai de cette année. © Radio France - Céline Loizeau

Que ce soit le nouveau stade de l'OL, trois stades au Brésil pour le Mondial de foot en 2014 ou, côté tennis, la rénovation du court Philippe-Chatrier à Roland-Garros ou encore le nouveau terminal 1 de l'aéroport de Lyon Saint-Exupéry; sur ces gros chantiers, l'entreprise Serge-Ferrari a laissé sa marque de fabrique. La société est spécialisée dans les toiles techniques innovantes. Son siège se trouve à Saint-Jean-de-Soudain, près de La Tour-du-Pin. Serge-Ferrari compte 850 salariés dans le monde, dont quelque 400 en Isère. Un effectif qui vient même de dépasser la barre des 1000 puisque le groupe vient d'acquérir une entreprise concurrente en Allemagne. Et il poursuit de développer ses toiles capables de détruire le coronavirus, technologie dévoilée juste après le déconfinement. Rencontre avec Sébastien Baril, directeur marketing.

Comment s'est passé le premier semestre pour votre entreprise entre confinement et déconfinement ?

"Comme toutes les entreprises françaises, la première partie de l'année a été quelque peu compliquée. On a été obligé d'arrêter nos productions pendant une quinzaine de jours. Mais on a rapidement pu revenir à l'usine, des salariés - sur la base du volontariat - ont rapidement remis en route les machines. On a repris le 1er avril avec une évolution progressive de la capacité de production. Et dès début juin, on était revenu à une reprise complète des activités industrielles."

Qu'est ce que cela donne en chiffre d'affaires ?

"Le chiffre d'affaires a effectivement été impacté, mais il a été conforme à nos prévisions sur cette fin de premier semestre." 

Dans un communiqué, le groupe précise qu'au deuxième trimestre son chiffre d'affaires était de 37,2 millions d'euros , soit un peu plus de 32% de baisse sur un an. Depuis le début de l'année, en cumulé, ses ventes s'établissent à 79,7 millions d'euros (en recul de 21,4%).

Le groupe est cependant en bonne situation financière puisque vous venez d'acheter une entreprise 

"Tout à fait. On vient de faire l'acquisition d'une entreprise allemande qui s'appelle Verseidag-Indutex, qui est spécialisée dans les produits incombustibles à destination des marchés d'architecture tendue (ndlr : spécificité que n'avait pas Serge-Ferrari). C'était pour nous également un concurrent sur le marché des structures modulaires et de la protection solaire. Avec cette acquisition, on vient renforcer notre leadership sur nos marchés stratégiques. C'est une entreprise de plus de 250 personnes (ndlr : salariés qui resteront en Allemagne). Le groupe, maintenant, dépasse les 1.000 personnes au total."

Lors du déconfinement, vous aviez présenté un nouveau produit : une toile capable de "tuer" le coronavirus. Est-ce ce produit génère des recettes ?

"Dès le début du confinement, nos équipes "recherche et développement" se sont réunies pour savoir ce que nous pouvions apporter comme solution à la pandémie actuelle. On a rapidement sorti un produit virucide, une technologie qui s'appelle "Agivir". On a rapidement généré de l'intérêt, des projets. On était focalisé principalement sur des petites zones (par exemple poignée de porte, rambarde d'escalier, bureau..), couvrir des petites surfaces pour limiter la propagation du virus et aujourd'hui on continue le développement de notre technologie, qui est encore récente et qui va pouvoir montrer d'autres capacités sur des virus plus nombreux dans le futur. Aujourd'hui, on est en train de développer cette technologie et de l'intégrer à nos gammes standard, comme des gammes de protections solaires intérieures, des gammes de mobiliers ou des gammes de produits appliqués sur des structures modulaires."

________________________________________________

France Bleu est à vos côtés pour vous accompagner pendant la période de déconfinement. Chaque jour à 7h17, votre radio s'intéresse à une entreprise emblématique de notre région (fleuron industriel, club de sport, association, restaurant, etc.). Comment se porte-t-elle ? Quels enseignements tire-t-elle de cette pandémie de coronavirus ? Comment se projette-t-elle dans l’avenir ?

Choix de la station

À venir dansDanssecondess