Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : La relance éco, France Bleu à l’heure du déconfinement

La relance éco : une activité soutenue pour les entreprises de désinsectisation dans l'Yonne

-
Par , France Bleu Auxerre
Noyers-sur-Serein, France

C'est un métier qui n'a pas connu d'arrêt avec la crise sanitaire : la désinsectisation. Avec le déconfinement, cette activité reste très soutenue . Thomas Bonny est à la tête d'une entreprise de trois salariés à Noyers-Sur-Serein (Yonne). Entretien.

La désinsectisation n'a pas connu de période de confinement.
La désinsectisation n'a pas connu de période de confinement. © Maxppp - JEAN ALEXANDRE LAHOCSINSZKI

La désinsectisation, dératisation et désinfection font parties de ces secteurs qui ont continué à fonctionner pendant la crise sanitaire. Pendant cette période, avez-vous surtout été appelé pour de la désinfection ?

Non absolument pas, nous avons fait 3000 ou 4000 mètres carrés de désinfection par nébulisation pour quelques gros clients mais notre activité regroupait un peu tout : dératisation et désinsectisation, les appels pour des nids de guêpes ont aussi commencé. Ça a été varié, très varié car les nuisibles n’étaient pas en confinement.

C’étaient surtout des demandes de particuliers ?

Oui, on a eu surtout des particuliers et quelques usines qui continuaient à travailler et qui étaient inquiètes des risques liés au Covid-19.

Les appels des particuliers pour des nids de guêpes sont extrêmement précoces cette année.
Les appels des particuliers pour des nids de guêpes sont extrêmement précoces cette année. © Radio France - Thierry Boulant

Depuis le déconfinement vous êtes sur la même lancée ou ça s’est accéléré ?

Alors effectivement, on a remarqué une petite hausse à la sortie du déconfinement. Parce que l’activité a repris et que les gens nous ont demandé de passer pour reprendre nos tournées "dératisation" par exemple et nos suivis sanitaires. Ce qui a un petit peu perturbé notre emploi du temps, c’est que les guêpes sont apparues très tôt cette année et que nous avons eu beaucoup de demandes. Depuis 28 ans que je fais ça, c’est la première fois que je vois des guêpes apparaître si tôt. Notamment la guêpe commune et la guêpe germanique. On a eu aussi quelques cas de frelons européens et asiatiques qui sont apparus aussi. Pourtant le frelon européen, on commence à voir ces nids en août habituellement. Et là, on a déjà commencé mi-juin.

Comment on explique justement cette précocité ?

La reproduction commence avant l’hiver. L’hiver a été très favorable avec quelques semaines d’humidité qui ont suivi au début du printemps qui ont fait que ça a couvé, ça a fait des reines et une fois que les beaux jours approches elles sortent toutes d’un coup et ça génère de nombreux nids. Là ça fait 15 jours qu’on fait entre 6 et 12 interventions par jour.

______________________________________________
France Bleu Auxerre est à vos côtés pour vous accompagner pendant la période de déconfinement. Du lundi au vendredi à 7h17, votre radio s'intéresse à une entreprise emblématique de notre région (fleuron  industriel, club de sport, association, restaurant, etc). Comment se porte-t-elle ? Quels enseignements tire-t-elle de cette pandémie de coronavirus ? Comment se projette-t-elle dans l’avenir ?

Choix de la station

À venir dansDanssecondess