Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Remade demande le redressement judiciaire

- Mis à jour le -
Par , , France Bleu Cotentin

Les difficultés de Remade se confirment : la direction de la société de reconditionnement de smartphones Remade Group va demander ce jeudi au tribunal correctionnel de Rouen son placement en redressement judiciaire. Le groupe, qui emploie 680 personnes, va chercher un repreneur.

Près de 200 salariés de Remade ont manifesté dans les rues d'Avranches ce jeudi 26 septembre.
Près de 200 salariés de Remade ont manifesté dans les rues d'Avranches ce jeudi 26 septembre. © Radio France - Lucie THUILLET

Au lendemain d'un CSE,  la direction de la société de reconditionnement de smartphones Remade Group va demander ce jeudi 26 septembre au tribunal correctionnel de Rouen son placement en redressement judiciaire. 

C'est une note interne de la direction qui annonce la nouvelle : "Remade ne dispose pas d'une trésorerie suffisante pour payer ce qu'elle doit. Les difficultés temporaires de Remade ne lui permettent plus d'assumer seule le paiement de ses dettes." 

Les salariés de Remade ont manifesté pour défendre leurs emplois ce jeudi 26 septembre.
Les salariés de Remade ont manifesté pour défendre leurs emplois ce jeudi 26 septembre. © Radio France - Lucie THUILLET

97 CDD non renouvelés

Remade emploie 435 personnes dans la Manche, sur son principal site à Poilley, près du Mont-Saint-Michel. Ici 97 CDD ne seront pas renouvelés, selon la direction. 

En cas de redressement judiciaire, l'activité continue et les salaires sont payés à 100%. Une audience devrait avoir lieu "dans les jours qui viennent" à Rouen, des administrateurs judiciaires devraient être nommés, en espérant que des repreneurs se fassent connaitre. 

La société  connaissait une croissance fulgurante depuis 5 ans avec des embauches importantes et un chiffre d'affaire de 130 millions en 2017 selon le quotidien économique les Echos. Un chiffre qui aurait quasiment été divisé par 3 en 2018.

Une annonce qui intervient alors que le président du conseil d'administration et fondateur du groupe Remade, Matthieu Millet, vient d'annoncer qu'il annulait l'achat signé le 1er août de l'Ecoparc, une zone d'activité de 30 ha sur la communauté d'agglomération du Mont-Saint-Michel.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

Manifestation des salariés à Avranches

Près de 200 salariés ont manifesté dans les rues d'Avranches ce jeudi 26 septembre sous des banderoles explicites "Pour Remade, il nous faut un remède" ou encore "Vampirisée par des financiers, Remade sacrifiée".

On ne sait pas ce qui va nous arriver, ni si on va être payés mais on veut sauver notre usine et montrer qu'on a un savoir-faire unique en France.

On est dans l'incertitude totale. On a des familles, des emprunts. Faut-il partir ou rester ? J'avais confiance dans cette entreprise, je suis un peu dégoutée. Martine

On a déposé le bilan aujourd'hui, je suis inquiète car je peux me retrouver au chômage bientôt mais j'y crois quand même. C'est une entreprise avec du potentiel, je me dis qu'on aura une seconde chance.

Je suis un peu en colère par rapport à ce  qu'il s'est passé avant. Mais maintenant il faut qu'on essaye de passer à autre chose, de se tourner vers l'avenir même si on ne sait pas de quoi il sera fait. Le redressement judiciaire, ca va nous permettre de chercher un repreneur. On a un très bel outil et des compétences.  M. Le Youdec (le directeur) a eu des contacts mais on ne sait pas de quelle nature ni avec quels industriels. Olivier Guinnebault, représentant du personnel au CSE.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

Choix de la station

À venir dansDanssecondess