Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Renault : Carlos Ghosn a fait valoir ses droits à la retraite et devrait toucher 765.000 euros par an

- Mis à jour le -
Par , France Bleu

L'ex-PDG de Carlos Ghosn a fait valoir ses droits à la retraite, révèle franceinfo ce mardi. Une rémunération qui s'élèverait à 765.000 euros par an jusqu'à sa mort, selon les estimations du cabinet Proxinvest.

Carlos Ghosn, l'ancien patron de Renault
Carlos Ghosn, l'ancien patron de Renault © AFP - Ludovic MARIN

Carlos Ghosn, l'ex PDG de Renault, a fait valoir ses droits à la retraite en envoyant sa lettre de démission le 24 janvier dernier. C'est ce que révèle mardi soir franceinfo. Une information qui n'est pour le moment pas confirmée par Renault.

Selon le cabinet de conseil aux actionnaires Proxinvest, c'est une étape obligatoire pour pouvoir ensuite réclamer la retraite chapeau prévue par le document de référence. Cette retraite chapeau s'élève à 765.000 euros par an jusqu'à sa mort d'après les estimations de Proxinvest.

Légalement, Renault n'a pas d'autre choix que de verser cette somme annuelle à son ancien patron. En revanche, le constructeur automobile peut lui refuser une part de sa rémunération de 2018, une part de son salaire fixe d'un million d'euros au motif qu'il n'était pas physiquement dans l'entreprise après son arrestation au Japon le 19 novembre.

La part variable pourra ne pas être versée

Le conseil d'administration du constructeur peut aussi lui refuser la part variable de sa rémunération qui peut théoriquement grimper jusqu'à 1,2 million euros. Renault peut décider de lui en retirer tout ou partie, parce que les objectifs financiers n'ont pas été atteints l'an dernier, ou à cause des soupçons de malversations qui pèsent désormais sur Carlos Ghosn. Ces soupçons ont été révélés par l'enquête interne diligentée au sein de l'entreprise.

Lors du conseil d'administration de Renault qui se réunit mercredi, le constructeur automobile français doit étudier notamment deux sujets. Le premier est le résultat de l'enquête interne lancée sur son mariage au château de Versailles en octobre 2016, enquête qui a déjà donné lieu à deux signalements auprès du parquet de Nanterre. L'autre point majeur est la rémunération de Carlos Ghosn pour 2018.

  - Aucun(e)
-