Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Renault envisagerait la fermeture de la Fonderie de Bretagne à Caudan

Le groupe automobile prévoirait de fermer quatre usines en France, dont la Fonderie de Bretagne, basée à Caudan dans le Morbihan, d'après le Canard enchaîné. C'est "un gros coup de massue" pour les 385 salariés du site, selon la CGT.

La Fonderie de Bretagne à Caudan emploie 385 personnes actuellement.
La Fonderie de Bretagne à Caudan emploie 385 personnes actuellement. © Maxppp - FRANCOIS DESTOC

Renault doit dévoiler le 29 mai un vaste plan d'économies de deux milliards d'euros. Et il comprendrait la fermeture de quatre usines en France, dont la Fonderie de Bretagne à Caudan près de Lorient, selon le Canard enchaîné. Ni la direction, ni le ministère de l'économie ne s'exprime pour l'instant. Mais la section CGT du site morbihannais est très inquiète pour les 385 salariés et ne comprend pas.

C'est complètement ubuesque ! 

Maël Le Goff, le secrétaire CGT Fonderie de Bretagne, n'en revient pas. "C'est un coup de massue sur la tête, c'est l'incompréhension ... On parle d'un plan d'aide de l'Etat de 5 milliards d'euros pour le groupe Renault et en parallèle on annonce la fermeture du site. C'est complètement ubuesque !"

Un an après l'incendie de l'usine

Une décision qui, si elle est confirmée, serait d'autant plus dure à accepter pour les salariés que la Fonderie de Bretagne se relève à peine de l'incendie qui l'avait touché il y a tout juste un an, en mai 2019. "L'outil de production est neuf. On a redémarré en février dernier, le Covid est arrivé en mars, là c'est tout qui s’enchaîne, souffle le représentant de la CGT. C'est un gros coup de massue."

Seuls 20 à 30% des ouvriers travaillent actuellement sur le site d'après la CGT, qui réclame le retour de la fabrication des pièces qui étaient confectionnées sur place avant l'incendie. "Il est hors de question pour nous d'entendre que notre site va être fermé" conclut Maël Le Goff.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess