Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Le PDG de Renault, Jean-Dominique Senard, n'a "aucune intention de fermer le site de Maubeuge"

-
Par , France Bleu Nord, France Bleu

Après la manifestation très suivie à Maubeuge samedi contre la délocalisation d'une partie de l'activité du site MCA vers Douai, le PDG de Renault assure ce dimanche sur LCI, Le Figaro et RTL qu'il "n'a pas l'intention, à priori, de fermer le site de Maubeuge".

Jean-Dominique Senard, président du groupe Renault, assure ce dimanche matin que le site de Maubeuge ne fermera pas.
Jean-Dominique Senard, président du groupe Renault, assure ce dimanche matin que le site de Maubeuge ne fermera pas. © Radio France - Cécile Bidault

Ce samedi, plus de 8.000 personnes selon les syndicats ont défilé à Maubeuge pour contester le plan social annoncé par le groupe Renault. 4.600 postes devraient être supprimés en France. L'usine MCA pourrait voir une partie de son activité délocalisée vers Douai. Des négociations à Bercy, en présence des élus locaux, syndicats, direction du groupe automobile et Bruno Lemaire, ministre de l'Economie doivent se dérouler mardi prochain. 

"Je n'ai aucune intention, à priori, de fermer le site de Maubeuge" - Jean-Dominique Senard

Ce dimanche matin, Jean-Dominique Senard, PDG de Renault, assure dans le Grand Jury RTL, Le Figaro et LCI qu'il "n'a aucune intention, à priori, de fermer le site de Maubeuge. Je ne l'ai jamais dit, je ne l'ai même pas pensé d'ailleurs". Et lui de compléter : "Rien ne se fera dans le Nord de la France sans une discussion ouverte avec tout le monde. Nous allons décider ensemble quelle est la meilleure formule"

Des propos qui n'ont pas rassuré le délégué CGT-MCA, Jérôme Delvaux : "Aujourd'hui nous aurions voulu entendre que la production du Kangoo allait rester à Maubeuge et qu'on ne devrait pas échanger avec Douai pour trouver un compromis". Comme il l'a expliqué ce samedi lors de la manifestation à Maubeuge, "les échos que nous avons seraient que seules les presses resteraient à Maubeuge, soit 300 salariés maintenus autrement dit cela signifie la mort de l'entreprise"

Les élus locaux toujours mobilisés

À la déception des syndicats s'ajoute celle d'Arnaud Decagny, maire de Maubeuge : "On n'a rien appris. On savait qu'il [Jean-Dominique Senard] allait garder le site de Maubeuge. Le problème c'est que va-t-il rester de MCA ? Aujourd'hui, on joue sur les mots. L'intérêt du site, c'est d'avoir une vraie autonomie et d'avoir de vraies perspectives d'avenir sur l'électrique"

Le maire de Maubeuge espère avoir des annonces concrètes du groupe automobile mardi matin à Bercy. Le président de l'agglomération Val-de-Sambre et maire de Jeumont, Benjamin Saint-Huile partage ces doutes également : "Si c'est pour amputer ce site de ses deux jambes pour lui reprocher dans quelques temps de ne plus savoir marcher, ce sera évidemment reculer pour mieux sauter. L'interview de M. Senard me laisse sur ce que je crois savoir de lui, c'est-à-dire dans une logique purement comptable et financière"

Bruno Le Maire promet aussi le maintien du site de Maubeuge

Le ministre de l'Économie ce dimanche matin a précisé sur France 3 que "le Nord doit devenir un pôle d'excellence de la fabrication du véhicule en France" permettant au site de MCA d'être conservé. Bruno Le Maire justifie le projet de transfert d'une partie de l'activité par "une plus grande surface disponible pour étendre le site de Douai que celui de Maubeuge"

Le ministre de l'Économie, qui sera présent mardi matin lors des négociations à Paris a promis de "discuter pour voir s'il y a des options alternatives qui permettent de concilier le développement, la préservation des sites et en même temps la compétitivité de Renault. C'est un processus qui commence"

Seront présents également mardi matin à Bercy, le maire d'Aulnoye-Aymeries Bernard Baudoux, celui de Feignies Patrick Leduc ainsi qu'Arnaud Decagny, maire de Maubeuge et le président de l'agglomération Val-de-Sambre, Benjamin Saint-Huile. Ils seront accompagnés de l'intersyndicale. Jean-Dominique Senard doit être présent autour de la table. Xavier Bertrand, président de région et Jean-René Lecerf, président du département du Nord pourrait participer à la réunion par visio-conférence. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu