Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Renault : le salaire de 7,3 millions d'euros du PDG Carlos Ghosn fait polémique

mardi 3 mai 2016 à 17:24 Par Julien Baldacchino, France Bleu

Le ministre de l'Economie a demandé ce mardi au PDG de Renault, Carlos Ghosn, de "prendre ses responsabilités" sur la rémunération qu'il touchera cette année, sans quoi il devrait "légiférer". Ce salaire de 7,2 millions d'euros approuvé par le conseil d'administration fait polémique.

Carlos Ghosn est-il "passé en force" pour s'octroyer un plus gros salaire ?
Carlos Ghosn est-il "passé en force" pour s'octroyer un plus gros salaire ? © Maxppp -

Le ministre de l'Economie Emmanuel Macron a demandé ce mardi au PDG de Renault, Carlos Ghosn, de "prendre ses responsabilités" sur la rémunération qu'il compte s'attribuer en 2016 au titre de l'exercice 2015. Un salaire qui s'élève à 7,3 millions d'euros.

Vers une nouvelle réunion du conseil d'administration ?

Le patron de la firme automobile a en effet réussi à faire approuver par son conseil d'administration cette nouvelle rémunération, alors même que l'assemblée générale des actionnaires de Renault l'avait rejetée à 54%. "Suite à ce vote, il y a eu un dysfonctionnement en matière de gouvernance", a déclaré Emmanuel Macron à l'Assemblée nationale mardi.

Selon le ministre, "lors du dernier conseil, seuls les représentants des salariés et de l'Etat se sont prononcés contre", et pas ceux des actionnaires, pourtant majoritairement opposés à l'augmentation de salaire de Carlos Ghosn. "Ce que nous demandons très clairement, c'est d'une part que monsieur Ghosn prenne ses responsabilités dès à présent (...), c'est que le conseil d'administration se réunisse à nouveau pour tirer les conséquences de ce vote", ajoute-t-il. Faute de quoi le ministre a menacé de "légiférer".

La CGT choquée... le Medef aussi

Lundi, le président du Medef Pierre Gattaz s'est lui aussi dit choqué par cette décision. Ce n'est pas la somme de 7,3 millions d'euros qui lui pose problème, a-t-il toutefois précisé, mais la méthode : "Je suis un peu choqué que l'on ait entériné aussi vite des conditions de rémunération", a-t-il déclaré sur BFMTV, qualifiant cette décision de "passage en force".

Plus tôt dans la journée de lundi, la CGT avait fait part de son "ras-le-bol et dégoût" après l'annonce du vote. "Même les actionnaires trouvent que c'est trop, mais rien n'y fait, il touchera sa rémunération indécente de 7,3 millions d'euros pour son mi-temps", alorq que les salariés "subissent depuis maintenant quatre ans le blocage des salaires".

Les patrons les mieux payés - Aucun(e)
Les patrons les mieux payés - VisActu