Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Renault : les salariés de Choisy-le-Roi attendent des réponses sur leur avenir

-
Par , France Bleu Paris, France Bleu

Les salariés de l'usine Renault de Choisy-le-Roi (Val-de-Marne) ont fait grève lundi 29 juin, un mois après l'annonce du transfert de leur site vers celui de Flins (Yvelines).

L'usine Renault de Choisy-le-Roi (Val-de-Marne)
L'usine Renault de Choisy-le-Roi (Val-de-Marne) © Radio France - Adrien Serrière

Les salariés de l'usine Renault de Choisy-le-Roi ont fait grève lundi 29 juin. Ils se sont rassemblés devant le site pour protester contre le plan de restructuration du groupe automobile qui, en vue de réaliser deux milliards d'euros d'économies sur trois ans, prévoit notamment le transfert de l'usine de Choisy-le-Roi sur le site de Flins, à 70 km environ. 

Les salariés toujours dans le flou

Un mois après l'annonce de la fermeture de l'usine, transférée à Flins, beaucoup de questions demeurent pour les 260 salariés de Choisy-le-Roi, notamment celle du nombre de postes nécessaires à Flins pour y transférer l'activité et celle, qui en résulte, de l'avenir des postes non-conservés. "Dans le plan d'économie présenté, on parle de transfert d'activité, on ne parle pas des hommes, des femmes, on ne parle pas de l'humain ni des familles", regrette Imane, salariée de l'usine. 

Brahim Achouche, représentant FO au sein de l'usine de Choisy-le-Roi, craint également que l'avenir ne soit pas rose à Flins. "Personne ne veut suivre l'activité pour aller à Flins car, au vu du projet, on ne voit pas de pérennité d'emploi dans l'avenir, c'est ce qui inquiète tout le monde. On nous propose soit de suivre l'activité sur un site qui n'a pas beaucoup d'avenir soit rien."

Vers de nouvelles journées de grève ? 

Pour se faire entendre auprès de leur direction, les salariés envisagent de nouvelles journées de grève dans les prochaines semaines. Ils espèrent également la venue à Choisy-le-Roi de Jean-Dominique Senard, patron de Renault.  

Ils comptent par ailleurs sur leurs élus locaux pour faire avancer le dossier. Choisy-le-Roi a basculé à droite à la suite des élections municipales. Tonino Panetta, le nouveau maire LR de la ville, a ainsi mis fin à 60 ans de règne communiste dans la ville. Il a fait du dossier Renault une de ses priorités avec notamment cette proposition : si le groupe automobile ne veut pas maintenir son site à Choisy-le-Roi, la ville serait prête à lui racheter afin de maintenir le savoir-faire et les emplois dans le Val-de-Marne. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu