Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Renault refuse de verser à Carlos Ghosn ses 765.000 euros de retraite par an

- Mis à jour le -
Par , France Bleu

Les "conditions de départ" de Carlos Ghosn ne correspondent pas aux cas de figure qui lui permettraient de profiter de sa retraite chapeau, a annoncé le Conseil d'administration de Renault ce mercredi. Le montant de cette retraite était évaluée à 765.000 euros par an.

Carlos Ghosn, le 3 avril 2019.
Carlos Ghosn, le 3 avril 2019. © Maxppp -

Le Conseil d'administration de Renault, réuni ce mercredi, refuse de verser une retraite chapeau à Carlos Ghosn, expliquant "que les conditions de départ" de l'ex PDG de Renault "ne correspondent à aucun des deux cas d'ouverture de ce régime et qu'aucune rente ne pourra lui être versée à ce titre". Cette retraite était évaluée à 765.000 euros par an, selon les informations recueillies par franceinfo.

Carlos Ghosn, l'ex PDG de Renault, a fait valoir ses droits à la retraite en envoyant sa lettre de démission le 24 janvier dernier. Une démission dont a pris acte le Conseil d'administration. Selon le cabinet de conseil aux actionnaires Proxinvest, Carlos Ghosn souhaitait réclamer le déclenchement de la retraite chapeau auquel il prétendait. 

C'est donc une bataille judiciaire qui devrait s'engage entre le constructeur français et son ex-patron.

La rémunération 2018 sans doute amputée

Lors du conseil d'administration de Renault réuni ce mercredi, le constructeur automobile français devait étudier deux autres sujets. Le premier était le résultat de l'enquête interne lancée sur son mariage au château de Versailles en octobre 2016, enquête qui a déjà donné lieu à deux signalements auprès du parquet de Nanterre. L'autre point majeur était la rémunération de Carlos Ghosn pour 2018.

Concernant sa rémunération variable, au titre de l'exercice de 2018, le Conseil d'administration souhaite que l'ex-PDG ne touche rien au regard de ses agissements et sa conduite personnelle. Il invite l'Assemblée générale des actionnaires - prévue en juin - à ne rien lui à accorder.

Concernant son salaire fixe, Carlos Ghosn a visiblement déjà touché le million d'euros qui lui était dû l'an dernier, précise le constructeur. Comme un symbole, son successeur a divisé son salaire de moitié. Celui du nouveau président du conseil Jean-Dominique Senard est en effet fixé à 450.000 euros.

  - Aucun(e)
-
Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu