Économie – Social DOSSIER : Alstom Transport : quel avenir à Belfort ?

René Grillon, historien : "Sans unité, pas de succès possible dans les négociations à Alstom"

Par Hajera Mohammad, France Bleu Belfort-Montbéliard et France Bleu Besançon lundi 12 septembre 2016 à 9:03

L'usine Alsthom de Belfort, où sont construits des wagons SNCF, en mars 1972. © AFP
L'usine Alsthom de Belfort, où sont construits des wagons SNCF, en mars 1972. © AFP © AFP -

Une réunion interministérielle se déroule ce lundi matin à l'Élysée en présence de François Hollande. Élus locaux, syndicats et la direction d'Alstom seront reçus d'ici mardi soir par le ministre de l'Économie. Un objectif pour le gouvernement : sauver Alstom.

Certains parlent déjà d'un nouveau "Florange". La fin annoncée de la production sur le site historique d'Alstom à Belfort, d'ici deux ans, pourrait bien devenir une épine dans le pied du gouvernement, à quelques mois de la présidentielle. Les négociations qui démarrent ce matin à l'Élysée s'annoncent décisives pour les 400 employés belfortains.

Le mouvement social à Alstom, c'est un refrain"

Les mouvements sociaux et les négociations, c'est "un refrain, ça fait des années et des années qu'Alstom est menacé. Il y a déjà eu sept mouvements à Belfort depuis 1920, tous les dix ans environ" explique René Grillon, co-auteur avec Jean-Luc Romain, de plusieurs ouvrages sur le "Mouvement ouvrier dans le Territoire de Belfort des origines à 1980". Le plus marquant peut-être, c’est la "grève du centenaire" en 1979 qui a duré deux mois. "C'était pour dénoncer le mépris de la direction. Ce qui a pesé d'abord c'est la mobilisation des salariés et l'unité des salariés, mais aussi des commerçants, des élus...tout le monde s'est mobilisé" précise l'historien.

Les gouvernements n'interviennent que lorsqu'il y a une pression"

Si la mobilisation est plus faible aujourd'hui, c'est d'abord mathématique, explique René Grillon : "on pèse moins à 500 salariés qu'à 2.000 comme à l'époque."  "Les gouvernements n'interviennent que lorsqu'il y a la pression. Il faut que cette pression se mette en place" affirme l'auteur. La pression, les syndicats comptent bien la mettre, s'ils n'obtiennent pas satisfaction. Ils appellent à rejoindre la manifestation contre la Loi Travail, ce jeudi 15 septembre à Belfort. Un rassemblement est déjà prévu ce lundi soir, à 19 heures devant l'hôtel de ville de Belfort.

René Grillon, historien : 'Déjà sept mouvements sociaux à Alstom, c'est un refrain..."

A VOIR  AUSSI >>> PHOTOS / Alstom Transport à Belfort, 137 ans d'histoire