Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Des hackers bretons missionnés pour tester l’application StopCovid

Des hackers bretons testent l’application StopCovid avant son utilisation par le grand public. Une trentaine de spécialistes du codage informatique de la société YesWeHack, dirigée depuis Cesson Sévigné près de Rennes, cherchent ainsi les failles de sécurité de l'appli qui peuvent être corrigées.

YesWehack travaille avec 1.500 hackeurs dans le monde entier
YesWehack travaille avec 1.500 hackeurs dans le monde entier - DR

"Nous travaillons avec des hackeurs étiques, pas des pirates informatiques. Le pirate informatique est un terme qui date des années 80, on les considère comme les méchants, alors que les hackeurs ethiques travaillent pour le bien commun" explique Romain Lecoeuvre, le directeur technique de YesWehack. Depuis Cesson Sévigné, près de Rennes où la start-up dispose de locaux, ces chercheurs en informatique, spécialistes du codage travaillent à détecter les failles, les vulnérabilités des applications.

YesWehack dispose déjà de nombreux clients, comme Blablacar,  ou Deezer. Cette fois, c'est le porteur de projet de l'application StopCovid qui a fait appel à la société. 

Une trentaine de chercheurs en informatique sonde l'application StopCovid

Romain Lecoeuvre, directeur technique de YesWehack
Romain Lecoeuvre, directeur technique de YesWehack - DR

Ces chercheurs travaillent depuis plusieurs pays en Europe, et ils cherchent les vulnérabilités de l'application pour pouvoir les corriger avant que l'appli ne puisse être utilisée par le grand public. "Tout va être testé, les chercheurs ont des accès privilégiés. Il vont vérifier qu'il n'y ait pas de fuites de données, qu'aucune données ne puissent être exfiltrée" explique le directeur technique et co-fondateur de la société. 

Des primes pour la détection de failles

YesWehack dispose d' une communauté  de 15 000 hackers éthiques dans le monde entier, et les fait travailler sur différents projets. Pour que chaque faille de sécurité détectée, les hackers touchent des primes qui peuvent grimper jusqu'à 20.000 euros sur certains projets. Elles sont plafonnées à 2.000 euros pour l'appli StopCovid. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu