Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dans les rues de Strasbourg, ce mardi soir.

Attaque mortelle à Strasbourg : ce que l'on sait de la fusillade qui a fait au moins trois morts et 12 blessés

Économie – Social

Rennes : forte mobilisation interprofessionnelle contre la politique d'Emmanuel Macron

jeudi 19 avril 2018 à 18:09 Par France Bleu, France Bleu Armorique

La mobilisation était très forte ce jeudi à Rennes. Agriculteurs, cheminots, étudiants, postiers et personnels de santé : de nombreux corps de métier ont manifesté contre la politique menée par Emmanuel Macron. 4500 personnes auraient manifesté selon la police, 9000 d'après les syndicats.

Des distributeurs automatiques ont parfois été vandalisés par les manifestants.
Des distributeurs automatiques ont parfois été vandalisés par les manifestants. © Radio France - Elie Abergel

Rennes, France

Fumigènes, bombes agricoles, banderoles, et musique sur haut-parleur sur la totalité du cortège, les manifestants ont sorti de quoi se faire voir et surtout entendre ce jeudi à Rennes. Pour l'occasion, trois tracteurs sont mêmes venus de Notre-Dame-des-Landes. Derrière le volant de l'un d'eux, Pierrick, éleveur de poulets bios qui souhaite "défendre une société alternative, le droit de faire autre chose".  Pour lui "deux visions du monde s'affrontent : le monde libéral, et le ceux qui font la promotion d'un mode de vie différent". 

Le mot d'ordre : la convergence des luttes

Parmi les manifestants, l'heure est à la convergence des luttes. "Pas question de manifester chacun de son côté et de porter seuls ses revendications" explique Nathalie, infirmière à Rennes. Elle est venue en "solidarité avec les cheminots, car l'hôpital public sera la prochaine cible du gouvernement".  Même son de cloche chez Pierrick, pour lui les zadistes, les cheminots et les enseignants ont "des causes communes à défendre". 

Les étudiants de Rennes 2 étaient également mobilisés en masse. Leur université est bloquée depuis lundi 11 avril. Eux manifestent contre la volonté du gouvernement de mettre en place une sélection à l'entrée de l'université. "J'ai envie d'être enseignante, mais je ne me vois pas donner des cours à des étudiants qui auraient été sélectionnés", explique Louisa est en troisième année de sciences de l'éducation. 

Une certaine idée du service public

Ce qui est en jeu aujourd'hui, c'est "une certaine idée du service public" explique une maître de conférence de Rennes 2. "On ne souhaite pas d'un service public marchand, qui fasse du profit" poursuit-elle en se protégeant du soleil de plomb qui tape sur le cortège.  Des postiers sont présents dans le cortège, certains sont en grève depuis plus de 100 jours. Leur crainte ? "Devenir une entreprise privée, ce n'est pas pour cela que j'ai rejoint la poste". 

Quelques dégradations en marge du défilé 

Certains manifestants cagoulés s'en sont pris aux forces de l'ordre, des jets de peintures et de projectiles ont eu lieu. Le long du défilé, des vitrines d'agences bancaires et immobilières ont été dégradées. Aucun blessé n'est à déplorer, et aucune interpellation n'a eu lieu.  A Vannes, 200 personnes étaient dans les rues, et 800 manifestants ont défilé à Saint-Brieuc ce jeudi également.