Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Rennes : les employés de la CAF d'Ille-et-Vilaine sont appelés à débrayer

jeudi 14 février 2019 à 12:42 Par France Bleu Armorique, France Bleu Armorique

Ce jeudi, une partie des employés de la CAF (caisse d'allocations familiales) d'Ille-et-Vilaine ont cessé le travail de 10 h 30 à 11 h 30. Ils se sont rassemblés devant leur bâtiment à Rennes. Un débrayage pour protester contre le non-renouvellement d'un CDD à l'accueil.

Ce jeudi 14 février, une partie des employés de la CAF d'Ille-et-Vilaine ont appelé à débrayer de 10 h 30 à 11 h 30.
Ce jeudi 14 février, une partie des employés de la CAF d'Ille-et-Vilaine ont appelé à débrayer de 10 h 30 à 11 h 30. © Radio France - Augustin Bordet

Rennes, France

"Les salariés protestent contre le non-renouvellement d'un CDD en accueil physique et téléphonique qui est là depuis trois ans", lance Stéphanie Magnier, secrétaire CGT à la CAF d'Ille-et-Vilaine. 

Devant le bâtiment, à Rennes, ils sont une vingtaine à s'être rassemblés. "CDD non-renouveler" ou "Accueil CAF saturé", sur leurs pancartes, le message est clair : "c'est totalement aberrant", poursuit Stéphanie Magnier. "Nous avons rencontré la direction à plusieurs reprises. Son explication ne nous convainc pas : l'agent ne serait pas assez productif !"

Stéphanie Magnier, secrétaire syndicale CGT à la CAF d'Ille-et-Vilaine

Un service saturé

Ses collègues ne comprennent pas cette décision alors qu'ils estiment que leur service est saturé. "Pas de respect pour les agents, pas de respect pour le public" dénoncent les syndicats.

"Tant qu'il ne sera pas réintégré, on va continuer le mouvement", conclut Stéphanie Magnier.