Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Rennes : le blues des commerçants à cause du couvre-feu à 18 heures

-
Par , France Bleu Armorique

Le couvre-feu à 18 heures est en vigueur depuis le samedi 16 janvier. Déjà impactés par la crise sanitaire, les commerçants du centre-ville de Rennes (Ille-et-Vilaine) font grise mine alors qu'ils doivent raccourcir leurs horaires d'ouverture. Ils attendent avec impatiences les soldes d'hiver.

Beaucoup de commerces ferment à 17h30 au lieu de 19 heures habituellement.
Beaucoup de commerces ferment à 17h30 au lieu de 19 heures habituellement. © Radio France - Maxime Glorieux

C'est un nouveau coup dur pour les commerçants. Le couvre-feu à 18 heures est en vigueur sur tout le territoire depuis samedi 16 janvier. Pour les magasins du centre-ville de Rennes (Ille-et-Vilaine) qui ferment à 19 heures, c'est une heure de vente en moins.

Déjà un gros impact depuis la réouverture en décembre

Pour compenser, certains seront exceptionnellement ouverts le dimanche, même si ça ne pourra rattraper le manque à gagner accumulé depuis le début de la crise sanitaire. Dans le magasin pour enfants Le Petit Souk, la gérante, Harmony, est inquiète : "Il y a déjà un gros impact depuis la réouverture en décembre, ça ne peut qu'empirer de toute façon." 

En théorie, les commerçants ne perdent qu'une heure de vente, entre 18 heures et 19 heures, mais en pratique, c'est plus compliqué. "Déjà, quand on ferme à 19 heures, les gens, à 17 heures, n'étaient plus là, mais maintenant, à 17 heures... On ouvre donc une heure plus tôt le matin, mais on a vu que ça ne changeait rien puisqu'il n'y avait personne", se désole la gérante du magasin.  

Les gens ne vont pas se lever à 8 heures le matin pour faire leurs courses

Pas question d'ouvrir plus tôt pour Florence, de la maroquinerie Sacmania. "Dans l'alimentaire, je peux comprendre, mais pas dans notre domaine ! Les gens ne vont pas se lever à 8 heures le matin pour faire leurs courses de sac à mains" 

Cette commerçante garde le sourire, mais la déception est bien là : "Le samedi en particulier, les gens viennent beaucoup plus tard en centre-ville. On est impactés sur nos salaires, c'est révoltant mais bon... On accepte ! On ne dit rien, on exécute."  

Pour compenser l'heure perdue, on va faire "non stop" le midi

D'autres font le choix d'ouvrir exceptionnellement sur le temps du midi, comme François, de la Boutique du barbier. "Pour compenser l'heure qu'on va perdre le soir, on va faire "non stop" le midi. Je pense que les gens vont changer leurs habitudes"

Tous les commerçants attendent avec impatience le lancement des soldes d'hiver mercredi, un dernier espoir pour rattraper le chiffre d'affaires perdu l'année dernière. "On mise tout dessus, lance Laura, la gérante du magasin de vêtements TBS. Mais l’inconvénient, c'est qu'on a en stock les collections hiver et été 2020, qu'on n'a pas vendues comme on l'aurait espéré." 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess