Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Rennes : privée de ses bars, la rue de la Soif est transformée

-
Par , France Bleu Armorique, France Bleu

En attendant peut-être le 2 juin, les bars sont toujours fermés en France, zone verte ou zone rouge. Et cela change beaucoup de choses à Rennes, ville très festive, avec ses près de 70.000 étudiants et ses quelques 150 bars, dont une forte concentration rue de la Soif.

La rue de la soif désertée, et ses bars barricadés, en pleine après-midi.
La rue de la soif désertée, et ses bars barricadés, en pleine après-midi. © Radio France - Thomas Coignac

Méconnaissable. La rue de la Soif, à Rennes, est d'habitude le carrefour des fêtards, qui s'y concentrent principalement du jeudi au samedi soir. Mais depuis le 14 mars, c'est un petit peu un dimanche qui dure des semaines. Ce soir là, à minuit, la quinzaine de bars de la rue Saint-Michel, de son nom officiel, a baissé son rideau. Alors, en se promenant dans la rue de la Soif, les seules boutiques à donner des signes de vie sont les kebabs, qui font de la vente à emporter. "C'est un peu déprimant", reconnaît un vendeur, qui explique que le commerce ne fait plus que 50% de son chiffre habituel, sans les clients des bars alentours venus chercher leur casse-dalle. "Il y a des gens qui passent, mais le soir, c'est très calme."

Ça fait deux mois qu'on dort mieux.

Au-dessus des bars et des kebabs, la vie des locataires a aussi changé. Le balcon de Resul, donne sur deux bars, le Melting-pot et le Meteor. Arrivé il y a un peu moins d'un an dans l'appartement, il se dit plutôt content de ce changement. "Je suis content, il n'y a pas de bruit. D'habitude, il y a beaucoup de bêtises ici, de bagarres... Ça fait deux mois qu'on dort mieux. Avant c'était impossible de s'endormir avant 1h30", se réjouit Rasul. Avant d'aller passer un appel vocal dans le calme de la rue Saint-Michel. 

Au pied de son appartement, Resul passe un coup de fil dans la rue désertée.
Au pied de son appartement, Resul passe un coup de fil dans la rue désertée. © Radio France - Thomas Coignac

Au balcon, Marie, elle, est en train de peindre. "Ce qui change, c'est la proximité avec les autres voisins. Ça fait bizarre de les entendre, souligne cet étudiante en psychologie. D'habitude, les murs arrêtent de vibrer vers 1h du matin. Mais pendant le confinement, chacun mettait un peu sa musique. Comme si les gens étaient habitués à vivre dans le bruit". 

Les bars ont toujours leur rideau fermé. Au moins jusqu'au 2 juin.
Les bars ont toujours leur rideau fermé. Au moins jusqu'au 2 juin. © Radio France - Thomas Coignac

Mais d'après les riverains, la rue de la Soif commence à retrouver ses couleurs, ses bruits, ses odeurs. C'est en tout cas ce que disent Florian et Tiffany, qui viennent de descendre de leur appartement du deuxième étage, qui, lui aussi, donne sur la rue. "Ça revit un peu", confirme Florian. Tiffany l'a constaté aussi : "On a des gens jusqu’à 4, 5, heures du matin, dans la rue, tous les week-ends". "Ça se voit aux bouteilles cassées, reprend Florian. C'est le retour de la rue de la Soif comme on la connaît". 

Un retour qui se matérialisera plus tard, quand les bars rouvriront. Peut-être le 2 juin, si l'Ille-et-Vilaine reste en zone verte. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess