Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Rennes : un nouveau souffle pour l'usine PSA

lundi 3 avril 2017 à 6:00 - Mis à jour le lundi 3 avril 2017 à 8:51 Par Lisa Melia, France Bleu Armorique et France Bleu

400 salariés doivent être recrutés d'ici le mois de juin sur le site breton de La Janais. Près de la moitié ont déjà débuté le travail. Après des années difficiles et la perte de 1.400 postes depuis 2012, ces nouveaux venus sont accueillis à bras ouverts.

190 nouveaux salariés sont déjà arrivés sur le site PSA-La Janais
190 nouveaux salariés sont déjà arrivés sur le site PSA-La Janais © Maxppp - Adrien DUQUESNEL

Chartres-de-Bretagne, France

2012. Sur le parking, devant l'entrée du site de Chartes-de-Bretagne, les ouvriers faisaient face à des nuées de caméras et de micros. La nouvelle était tombé : l'usine de La Janais allait perdre 1 400 emplois.

Cinq ans plus tard, si le souvenir reste vivace pour les salariés et la direction, la tendance s'inverse timidement. Cette fois, 400 intérimaires sont recrutés. Quasiment la moitié ont déjà débuté le travail ou la formation. Les embauches ne sont d'ailleurs pas encore terminées : une deuxième équipe commencera le 18 avril et une troisième, de nuit, prendra ses fonctions le 6 juin.

"C'est un bol d'air frais, assure Nadine Cormier, représentante syndicale de Force ouvrière. D'un côté, nous avons les anciens, dont certains sont fatigués et usés. Nous avons négocié un dispositif pour qu'ils puissent partir cinq ans avant l'âge de la retraite, avec un revenu garanti. De l'autre côté, nous avons ces nouveaux, dont certains étaient éloignés de l'emploi depuis très longtemps. C'est du sang neuf !"

Nadine Cormier, responsable FO sur le site PSA-La Janais

Du sang neuf, l'usine n'en avait pas vu depuis une dizaine d'années, La Janais comptait encore 12 850 salariés. En 2017, ils sont un peu moins de 3 000. Les nouveaux représentent donc un peu plus de 10% de la masse salariale, mais leur arrivée a été tout de suite remarquée, se réjouit Mickaël Gallais, de la CGT :

Depuis qu'ils sont arrivés, on a des échanges vraiment enrichissants. Sur mon poste, j'ai formé un ancien professeur, originaire du Togo. Lui ne connaissait pas l'industrie, moi je ne connaissais pas son métier. Jusqu'à présent, l'usine était vieillissante. Désormais, il y a plus de mixité et d'échanges culturels

Mickaël Gallais, représentant CGT du site PSA-La Janais

Parmi les nouveaux, il y a en effet des jeunes, des quinquagénaires qui ne parvenaient plus à sortir du chômage longue durée, des femmes... "Nous aurions voulu voir un peu plus de femmes, admet avec un sourire Nadine Cormier. Mais il faut avouer qu'on manquait de candidates." Les salariées représentent tout de même un employé sur cinq sur le site rennais.

De nouvelles formations

Côté direction, on se concentre sur la formation. Les nouvelles recrues sont divisées en deux groupes : ceux qui connaissent déjà le monde de l'industrie et ceux qui ne le connaissaient pas. Les premiers passent trois semaines en formation, dont les deux dernières sur les lignes de production, encadrés par les anciens. Pour les seconds, trois semaines d' "école" technique s'ajoutent en amont. Avec des techniques d'apprentissage inédites chez PSA, explique Nathalie Bertran, directrice de la communication :

Ils ont des tablettes, sur lesquelles on a filmé les exercices. Ils peuvent y revenir en fonction de leur facilité ou de leur difficulté sur certains modules. Ils doivent valider leurs acquis, mais surtout ils peuvent passer plus de temps sur les éléments sur lesquels ils ont des difficultés et moins de temps sur les choses qu'ils peuvent acquérir plus facilement.

Nathalie Bertran, directrice de la communication sur le site PSA-La Janais

Intérim et CDI

Ce regain de santé, le site de La Janais le doit au nouveau SUV de PSA, le 5008. En janvier 2016, Carlos Tavares était venu l'annoncer lui-même : Rennes a obtenu la production du SUV. "Ce nouveau véhicule donne au moins dix ans de visibilité à l’usine de Rennes", affirmait alors le PDG. Aujourd'hui, on sait que les ventes s'annoncent très positives et la production a déjà commencé à Chartres-de-Bretagne.

Le nouveau Peugeot 5008 SUV produit à Rennes - Maxppp
Le nouveau Peugeot 5008 SUV produit à Rennes © Maxppp - /NCY

Les syndicats, s'ils se réjouissent des embauches, restent vigilants. Aussi bien FO que la CGT rappellent qu'ils préfèrent les emplois pérennes aux CDD et aux CDI-I, CDI intérimaires, seules options proposées aujourd'hui aux nouveaux venus. "Les salaires restent bas, ce qui n'est pas très motivant, insiste Mickaël Gallais. Pour l'instant, PSA ne leur offre pas de travail au-delà de trois ans."

"Nous allons tout faire pour pérenniser une partie de ces emplois, assure Nadine Cormier. Aujourd'hui, dans le cadre du contrat de compétitivité signé l'an dernier, FO a été très revendicatif pour qu'il y ait au moins une compensation de 1000 embauches définitives au niveau du groupe et Rennes aura sa part du gâteau." Reste syndicats et direction s'accordent sur un point : vu les difficultés de ces dernières années, ces embauches ressemblent aux premiers rayons de soleil après la tempête.