Économie – Social

Rénovation urbaine: Saint-Étienne mise sur les pavillons et les maisons d'architectes pour faire revenir les familles

Par France Bleu Saint-Étienne Loire, France Bleu Saint-Étienne Loire lundi 12 septembre 2016 à 19:34

Visuel du cabinet d'architectes présentant les maisons qui seront construites dans le quartier Côte Chaude, rue Noël Blacet.
Visuel du cabinet d'architectes présentant les maisons qui seront construites dans le quartier Côte Chaude, rue Noël Blacet. - G+M architectes

Dans le quartier Côte chaude, la ville de Saint-Étienne vend le site des anciennes pépinières pour y faire construire quinze maisons.

Conseil municipal de rentrée pour les élus de Saint-Étienne ce lundi soir avec entre autres dossiers récurrents, plusieurs points liés à la rénovation urbaine de la ville.

De nouvelles démolitions se profilent dans le quartier Beaubrun-Tarentaize, notamment dans la rue Henri -Gonnard, aux abords l'ancienne école des Beaux-Arts. Comme en haut de la rue Michel-Rondet, il n'est pas question de reconstruire.

Pour les familles de cadres qu'on a envie de revoir à Saint-Étienne

En revanche, dans d'autres secteurs, la perspective est différente, notamment dans le quartier Côte Chaude avec la vente des anciennes pépinières de la ville. Sur ce site, un promoteur immobilier va construire quinze maisons, plutôt haut de gamme au vu des visuels présentés, notamment du fait de la situation, près du golf pour répondre à un "besoin de vivre la ville à la campagne" et "attirer à Saint-Étienne les familles de cadres qu'on a envie de revoir à Saint-Étienne", souligne Christine Jodar, adjointe à l'urbanisme. L'ensemble est d'ailleurs baptisé "Green Life". La Ville a choisi parmi trois projets.

Une soixantaine de maisons vont sortir de terre aux quatre coins de la ville

"On veut construire pour attirer des catégories supérieures et pour les Stéphanois partis sur la plaine, leur offrir ce qu'ils ont trouvé ailleurs avec là les services de la ville en plus mais aussi fixer ceux qui voudraient partir sur la première ou la deuxième couronne", explique Jean-Pierre Berger, adjoint à la politique du logement et de l'habitat. D'où les treize pavillons en projet sur le secteur de la Dame Blanche, où la tour bleue a été rasée et où il reste encore trois barres. Autant sont annoncés sur Beaulieu, des maisons jumelées cette fois. Les travaux démarrent en ce moment impasse Clémenceau. Un nouveau lotissement est également programmé de l'autre côté de Saint-Étienne, secteur Séverine avec là, vingt-deux maisons individuelles en projet.

Ça n'empêche pas les immeubles comme ceux de la résidence l'Équinoxe, place Jean-Moulin, où les pelleteuses finissent de grignoter les restes d'anciens bâtiments (photo ci-dessous avec le visuel du cabinet d'architecte Frédéric Busquet). Idem rue Bergson mais la friche du Progrès n'a pas encore été démolie. Projet d'appartements également rue lieutenant Morin, où la ville vend l'Hôtel Colcombet, qui était vide depuis le début des années 1990. La société de gestion foncière doit aussi y aménager des "appartements de haut standing".

Saint-Étienne a perdu 30 000 habitants en trente ans.

Place Jean Moulin, les immeubles en cours de démolition et le visuel de la future résidence l'Équinoxe - Aucun(e)
Place Jean Moulin, les immeubles en cours de démolition et le visuel de la future résidence l'Équinoxe - Émeline Rochedy & le cabinet d'architecte Frédéric Busquet

Partager sur :