Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Réouverture des bars et restaurants : la galère pour recruter du personnel

-
Par , , France Bleu Pays de Savoie

A Chambéry, une restauratrice fait part de ses difficultés pour trouver des saisonniers en vue de la réouverture des terrasses le 19 mai.

Bientôt la réouverture des terrasses !
Bientôt la réouverture des terrasses ! © Radio France - Justine Leblond

Aucun doute, tous les restaurateurs et patrons de bar attendent avec impatience le 19 mai, et la réouverture des terrasses. Ils ont d'ailleurs eu la confirmation ce lundi, avec une jauge obligatoire sera de 50%. Il faut désormais relancer l'activité, les cuisines, le service... et trouver du personnel qualifié. 

Un manque de main d'oeuvre qualifiée

Or, beaucoup de saisonniers, faute d'embauches, ont déserté. Christine Permezel tient quatre restaurants à Chambéry. Elle fait et redéfait ses plannings. Elle peine à recruter du personnel. "Il y a ceux qui ont été obligés de trouver un autre emploi parce que financièrement, ils n'ont plus eu le choix", explique-t-elle, "ceux-là on les a perdus. Et puis le métier de la restauration n'est pas un métier facile". Elle explique qu'en découvrant un autre job, moins contraignant sur les horaires notamment, certains saisonniers habitués ne souhaitent pas revenir. 

On a énormément de CV d'étudiants. Mais ils ne sont pas formés, ils ne sont pas opérationnels tout de suite - Christine Permezel, patronne de plusieurs restaurants à Chambéry.

Le marché du travail est plus instable que jamais pour les saisonniers. "Il y a ceux qui vous disent oui, et qui en fin de compte, trois jours après, disent non, parce qu'ils ont trouvé ailleurs" soupire Christine Permezel. 

La restauratrice explique recevoir beaucoup de CV d'étudiants - particulièrement frappés par la précarité entraînée par la crise sanitaire - mais qui ne peuvent pas assurer les postes tout de suite, "on sait qu'à la réouverture, il va falloir être compétent et professionnel dès le début. Quelqu'un qui n'a jamais porté un plateau, le lancer là, ce n'est pas très cool !" Elle admet qu'elle n'aura pas la "patience" de former des jeunes, et a besoin de personnel qualifié.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess