Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Journée spéciale "Tous en terrasse", le 19 mai

Réouverture des terrasses : "Un faux départ" pour Mespoulet, grossiste limousin en boissons

-
Par , France Bleu Limousin

Combien seront-ils à rouvrir une partie de leur terrasse ce mercredi 19 mai ? C'est-à-dire la prochaine échéance dans le calendrier de déconfinement établi par le gouvernement. En Limousin, le distributeur et grossiste de boissons Mespoulet s'attend une première vraie reprise le 9 juin.

Moins d'un client sur deux a passé commande avant le 19 mai chez le distributeur et grossiste en boissons limousin
Moins d'un client sur deux a passé commande avant le 19 mai chez le distributeur et grossiste en boissons limousin © Radio France - Valérie Mosnier

Ce mercredi 19 mai, c'est une nouvelle étape du déconfinement avec la réouvertures des commerces dits non essentiels, des cinémas, des théâtres avec une jauge. C'est aussi le retour du public dans les stades et les salles. Et, on en parle beaucoup, car ils sont fermés depuis plus de huit mois, c'est également ce mercredi la réouverture partielle des terrasses de bars et de restaurants

Mais, cette dernière mesure a du mal à séduire les professionnels de la restauration. Certains l'ont dit : ils resteront fermés. Jean-Jacques Mespoulet, Président des Etablissements Mespoulet, est distributeur et grossiste en boissons à Argentat et à Limoges. Le Limousin ressent les réticents des restaurateurs dans ses carnets de commandes. Aujourd'hui, moins d'un client sur deux, soit entre 40 à 45%, a passé commande, explique Jean-Jacques Mespoulet. "Il sont opérationnels, mais ça ne veut pas dire qu'ils vont ouvrir tout de suite"

Le véritable top départ sera le 9 juin

Pour qualifier ce 19 mai, le patron parle de "faux départ", car les conditions météo s'annoncent peu favorables, les contraintes de jauge et de couvre-feu vont, selon lui, freiner les bars et restaurants. Question de rentabilité. "Le véritable top départ sera le 9 juin, et encore tout le monde ne sera pas sur la ligne de départ. Je pense aux bars de nuit qui ne pourront pas travailler s'ils n'ont pas de terrasse, et qui représentent une grosse partie de notre clientèle. Ainsi que la partie événementiel. On sait dores et déjà, dans notre profession, que 20 à 25% de notre chiffre d'affaires ne sera pas là cet été ". 

Pour les prochaines semaines, Jean-Jacques Mespoulet s'attend à une activité "sinusoïdale , des pics d'activité comme la semaine dernière, probablement cette semaine. Mais la semaine prochaine, ce sera certainement beaucoup plus calme, la semaine suivante également. Ça redémarrera la semaine avant le 9 juin... L'activité va suivre la consommation, mais on ne sait pas trop encore ce que va faire le consommateur".  

Rien à voir avec le 2 juin 2020

La reprise est bien différente de l'an dernier. Une remise en route progressive, avec plusieurs échéances déterminée par le gouvernement. Jean-Jacques Mespoulet se souvient des 15 jours de pluie qui ont suivi la réouverture des bars et des restaurants le 2 juin, et se souvient aussi qu'"après la période de pluie, on avait retrouvé une activité relativement bonne. Là, je pense que ça va se jouer sur un mois ou un mois et demi". Il espère une activité qui s'approchera de la normale plutôt fin juin.

En attendant, les Etablissements Mespoulet, qui emploient une quarantaine de de personnes vont continuer à recourir au chômage partiel. Selon Jean-Jacques Mespoulet, en moyenne entre 30 à 60% des effectifs vont travailler d'ici fin juin en fonction des pics d'activité. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess