Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Réouvertures : dans l'agglomération nantaise, le soulagement des salles de loisirs indoor

-
Par , France Bleu Loire Océan

A la veille de la 3e étape du déconfinement, les propriétaires, gérants et salariés des salles de loisir d'intérieur poussent un grand ouf de soulagement. Après plus de 7 mois de fermeture sèche, il faut de nouveau attirer la clientèle, car les finances sont au plus mal.

Matériel de laser game
Matériel de laser game © Radio France - Sarah Mansoura

A date du 9 juin, cela fera exactement 222 jours que les salles de loisir indoor, comme les bowlings, les laser games, les escape games et autres plaines de jeux pour enfants, n'avaient pas vu du public. 222 jours à attendre la réouverture promise par le gouvernement, et qui devient enfin réalité ce mercredi. 

7 mois de fermeture qui pèsent sur les finances

Ces longs mois de fermeture ont d'abord pesé sur le moral des troupes. A Saint-Herblain et à Saint-Sébastien-sur-Loire, propriétaires comme salariés de l'entreprise Laser Evolution ont trouvé le temps long. Très long, confie Macha Geley, propriétaire des lieux avec son mari : "Ce qui est le plus terrible, le plus terrifiant, c'est qu'on n'avait pas de date [prévisionnelle de réouverture]. On nous a laissés, comme des paumés. Nous, salles de loisirs indoor, nous sommes mis dans des situations financières catastrophiques. Mon mari et moi avions la chance d'avoir des enfants majeurs, qui ont tous travaillé pendant cette période. Ce sont eux qui nous ont nourris. Quand ce sont vos enfants qui font vos courses, vous avez honte quand même."

Quand ce sont vos enfants qui font vos courses, vous avez honte. 

Macha Geley et son mari ont dû mettre leur maison, des effets personnels, des bijoux en vente, pour faire face. Car les aides de l'Etat n'ont pas suffi. Si les salariés ont pu bénéficier du chômage partiel, cette propriétaire dit s'être trouvée démunie face au manque de compensations pour les travailleurs non salariés. Aujourd'hui, elle et son mari doivent environ 210 000 euros, rien que pour les 7 derniers mois. 30 000 euros, en fait, par mois de fermeture. "Les loyers de ces salles, tellement immenses, sont pharamineux. Les aides, les prêts nous ont bien sûr aidés à tenir, mais il y a aussi nos partenaires, nos fournisseurs à payer. Beaucoup d'entre eux, heureusement, nous ont beaucoup aidés, en différant les paiements, en faisant preuve d'une solidarité incroyable. Mais aujourd'hui, on a fait un bond de 5 ans en arrière. On ne pourra rien réinvestir dans l'entreprise pendant 5 ans. Et si on referme, on ne s'en relèvera pas", conclut-elle. 

Les consignes sanitaires à respecter pour pouvoir entrer dans le lieu.
Les consignes sanitaires à respecter pour pouvoir entrer dans le lieu. © Radio France - Sarah Mansoura

Alors dès la veille de ce 9 juin, l'excitation est palpable dans l'équipe. L'entreprise a profité du temps de fermeture pour faire des ajustements sur son offre, et même créer 4 salles d'escape game. Sandra, gérante d'une des deux salles, ne cache pas son stress : "On a de l'appréhension, d'accueillir de nouveau le public, de bien le faire, mais on a surtout hâte de les voir." La propriétaire, Macha Geley, abonde même si une pointe d'inquiétude vient ternir son excitation. "On rouvre au plus mauvais moment pour nous. Nous sommes une salle indoor... Les gens aiment venir en automne, en hiver, au printemps... l'été, ils aiment bien partir à La Baule ! Mais pendant la fermeture on a quand même eu beaucoup de coups de fils de personnes qui venaient juste prendre des nouvelles, et qui nous disaient qu'elles allaient revenir. On les attend avec grand, grand plaisir." D'ailleurs, le matériel, flambant neuf, vient d'arriver, il est testé, et fin prêt à l'emploi. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess