Économie – Social

Repetto met la gomme sur ses nouvelles semelles !

Par Leila Mechaouri et France Bleu Périgord, France Bleu Périgord dimanche 9 octobre 2016 à 19:07

Repetto lance une nouvelle gamme de ballerines plus imperméables avec des semelles en caoutchouc.
Repetto lance une nouvelle gamme de ballerines plus imperméables avec des semelles en caoutchouc. © Radio France - Leïla Méchaouri

La marque de ballerines de luxe Repetto se lance dans une série de chaussures à semelles en caoutchouc. Des semelles conçues et fabriquées en Dordogne, à l'usine de Saint-Médard-d'Excideuil.

"Piquage", "détourne", "bichonnage", la technique est la même que pour les ballerines habituelles, à un détail près, la semelle est en caoutchouc. Depuis cet été, Repetto commercialise certains modèles de ses célèbres ballerines avec des semelles en caoutchouc au lieu du cuir.

Il aura fallu deux ans de réflexion à la marque de luxe pour sortir cette nouveauté, conçue et fabriquée dans son usine périgordine, à Saint-Médard-d'Excideuil. Cinq nouvelles machines, et an de formation ont été nécessaires aux ouvriers pour maîtriser le geste parfait. C'est le cas ce Mickaël, ancien militaire reconverti dans la ballerine, "la même rigueur" : "tout doit être parfait, on n'a pas le droit à l'erreur donc il faut prendre le coup de main", précise-t-il.

Comme les ballerines habituelles, celles avec semelles en caoutchouc sont cousues sur l'envers. - Radio France
Comme les ballerines habituelles, celles avec semelles en caoutchouc sont cousues sur l'envers. © Radio France - Leïla Méchaouri

La difficulté a été de concevoir cette nouvelle semelle en gomme naturelle a été de garder la souplesse de la ballerine, mais surtout ce qui fait le succès de la marque Repetto : elles sont cousues à l'envers puis retournées. Une tâche aussi physique que délicate. "Il faut y aller tout en douceur pour ne pas casser la matière", explique Pascal, ouvrier de la marque depuis sept ans.

La marque de ballerines made in Périgord utilise la technique du "cousu retourné". - Radio France
La marque de ballerines made in Périgord utilise la technique du "cousu retourné". © Radio France - Leïla Méchaouri

La demande de chaussures aux semelles plus étanches a toujours existé, surtout dans les pays très pluvieux comme en Asie. D'où cette nouvelle création, souligne Patrick Paulh, le directeur de la Fabrique Repetto à Saint-Médard-d'Excideuil : "nos clientes nous faisaient souvent le reproche d'avoir des chaussures qui avaient tendance à prendre l'eau". Mais avant d'aller tester leur imperméabilité, les chaussures sont d'abord "bichonnées", comme on dit chez Repetto. "C'est quand même du luxe donc il faut que ce soit beau et impeccable", lance Joëlle Durand, responsable finition.

Toutes les chaussures de chez Repetto passent par l'étape de "bichonnage" avant d'être commercialisées. - Radio France
Toutes les chaussures de chez Repetto passent par l'étape de "bichonnage" avant d'être commercialisées. © Radio France - Leïla Méchaouri

Aujourd'hui, les chaussures aux semelles en caoutchouc représentent un dixième de la production en Dordogne. Elles coûtent dix euros de plus que les ballerines classiques de la marque.

Partager sur :