Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Reports de charges : le retour de bâton pour les commerçants

-
Par , , France Bleu RCFM

Les reports de charges sociales et fiscales accordés suite au confinement arrivent à échéance et la facture risque d’être salée pour les commerçants en Corse comme ailleurs. L’exemple de Sartène en Alta Rocca.

A Sartène, les petits commerçants sont inquiets, ils vont devoir, comme les autres, commencer à rembourser.
A Sartène, les petits commerçants sont inquiets, ils vont devoir, comme les autres, commencer à rembourser. © Radio France - France Bleu

Avec la fin des reports de charges fiscales et sociales, l’inquiétude grandit chez les commerçants qui vont devoir passer à la caisse malgré une saison difficile. A Sartène, les petits commerçants sont inquiets, ils vont devoir, comme les autres, commencer à rembourser. Dans le chef-lieu historique de l'Alta Rocca, le président de l'association des commerçants, Olivier Roure, fait le bilan de la situation.

Olivier Roure, président de l'association des commerçants de Sartène
Olivier Roure, président de l'association des commerçants de Sartène - DR/

La nouvelle éco : la fin du report de charges à Sartène

Est-ce que tous les commerçants de Sartène vont pouvoir rembourser leurs charges fiscales et sociales ? 

"J’ai très peur que non, sur des vieilles affaires il y en a évidemment qui avaient de la trésorerie, qui ont pu effectuer un prêt et vont pouvoir assurer 2020. _Ce qui me fait très peur ce sont les affaires déjà fragiles avant, on nous demande payer des charges sur des mois où rien ne s’est passé._

Quelles sont les activités les plus en danger ? 

"Tout ce qui n’est pas du domaine de la nourriture va être dans une situation beaucoup plus compliqué. Il nous a manqué avril, mai, juin, à Sartène on a des évènements comme le Catenacciu, le Carnaval et d’autres évènements qui rapportent énormément à la ville et n’ont pas pu avoir lieu en intégralité. Il n’y a eu que 6 soirées sur les 20 qu’on a d’habitude."

Les pertes sont importantes ? 

"A minima on est sur du -30% et on monte jusqu’à -68%, 50 à 55% de pertes en moyenne."

Combien de commerçants en difficulté ? 

"Il y a 130 à 140 commerçants sur Sartène, on peut inclure tous les artisans qui ont dû payer les fournisseurs, on va avoir au moins _20 à 25% de perte d’entreprise d’ici la fin de l’année 2020/ milieu 2021_."

Le mois d’août a-t-il permis de relever la tête ? 

_"_Le mois d’août relève un peu le niveau mais n’est pas suffisant pour absorber les charges d’une année."

Comment se profile l’hiver avec ces charges à rembourser ? 

"Le souci à Sartène c’est que tout le centre-ville devait être refait cette année, ça devait être un hiver plus compliqué, c’est un peu une double peine qu’on subit. Beaucoup de commerces de vêtements par exemple n’avaient pas commandé du tout de collection pour l’hiver en prévision de _la réfection de la chaussée, doublée d’une saison catastrophique…c’est là où je suis vraiment inquiet_."

Choix de la station

À venir dansDanssecondess