Économie – Social

Reprise de l'usine Pentair à Ham: des salariés entre doutes et espoir

Par Olivier Estran, France Bleu Picardie mercredi 2 novembre 2016 à 18:03

La fin de 10 mois d'attentes ne fait pas taire toutes les inquiétudes.
La fin de 10 mois d'attentes ne fait pas taire toutes les inquiétudes. © Radio France - Olivier Estran

L'usine Pentair de Ham change de mains. Elle aura bientôt un nouveau nom, mais doit conserver la même activité principale: la fabrication de vannes hydrauliques et valves industrielles. Le repreneur Altifort promet d’étendre la gamme, mais les salariés restent méfiants.

L'usine Pentair de Ham change de mains, mais pas de métiers ni de clients. C'est la promesse du PDG d'Altifort, le repreneur du site qui s'engage à conserver 100 des 129 salariés.

Durant 5 ans , l'entreprise continuera de founir des valves hydrauliques, de la robinetterie industrielle pour le géant américain Pentair. Tout cela fait partie de l'accord signé lundi. Le repreneur belge Bart Gruyaert doit maintenant gagner la confiance des salariés. Cette reprise met fin à 10 mois d'attentes et d'incertitudes mais ne signe pas la fin de toutes les inquiétudes:

Des salariés partagent un café avant de rencontrer leur nouveau patron - Radio France
Des salariés partagent un café avant de rencontrer leur nouveau patron © Radio France - Olivier Estran

Les commandes, c'est les 4 ans de travail que Pentair nous laisse. Au delà , il n'y a rien " un salarié désabusé

Paroles de salariés aux portes de l'usine

Bart Gruyaert, PDG d'Altifort promet un maintien de l'activité - Radio France
Bart Gruyaert, PDG d'Altifort promet un maintien de l'activité © Radio France - Olivier Estran

C'est une aventure de longue durée, on veut rester ici 10, 20, 30 ou 40 ans" Bart Gruyaert, PDG d'Altifort.

Le PDG d'Altifort promet de moderniser la gamme, avec des produits plus techniques.

Altifort n'a pas racheté le site, il a au contraire reçu de l'argent de la part de Pentair pour le reprendre.

Nicolas Delhaye est membre du Comité Hygiene et Sécurité de l'usine. En 37 ans de métier, cet ouvrier a vu passer 12 patrons différents:

Certains salariés restent confiants

L'usine de Ham devient la plus importante du groupe Altifort France. Le nouveau PDG propose aux salariés de lui trouver un nouveau nom.

Le plan social, une trentaine de départs en retraite et départs volontaires sera appliqué à partir de janvier.