Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : France Bleu partenaire des Restos du Cœur

Restos du cœur en Côte-d'Or : "près de la moitié des bénéficiaires ont moins de 25 ans"

-
Par , France Bleu Bourgogne

la 36e campagne des restos s'ouvre en Côte-d'Or et partout ailleurs en France, dans un contexte de crise sanitaire, économique et sociale qui fait craindre une explosion des inscriptions. Confirmation auprès de Jean-Denis Barroy, qui passera bientôt la main à la présidence des Restos dans le 21.

Jean-Denis Barroy, futur ex-président des Restos du cœur en Côte-d'Or
Jean-Denis Barroy, futur ex-président des Restos du cœur en Côte-d'Or © Radio France - Arnaud Racapé

Il y a la courbe de l'épidémie, qu'on espère voir redescendre au plus vite. l'autre courbe inquiétante, c'est celle des nouveaux bénéficiaires, qui frappent déjà à la porte des Restos. Des jeunes, pour beaucoup, frappés par la crise, confirme Jean-Denis Barroy, le toujours président des Restos en Côte-d'Or. 

"D'abord il y a les les étudiants, beaucoup sont dans une situation délicate, il n'y a plus les petits boulots qui permettaient de financer les études, et puis il y a un certain nombre d'étudiants, étrangers ou français, qui ne peuvent pas rentrer à la maison à cause du confinement, on est là aussi pour les accompagner. La constante, c'est que presque 50% des gens qui fréquentent les Restos du cœur ont moins de 25 ans." 

"Pour l'instant, on est sur une augmentation de l'ordre de 10%"

Cet hiver, pour la 36e fois, les bénévoles de l'association seront au chevet de ces personnes dans la précarité, les "habitués", malheureusement, et les nouveaux. On s'attend à une augmentation de 20 à 30%. 

"C'est ce qu'on craint", confirme Jean-Denis Barroy. "Pour l'instant on est sur une augmentation de l'ordre de 10%. Vous savez qu'on fonctionne maintenant presque toute l'année, on a deux campagnes, été et hiver. La fréquentation de la campagne d'été a vu une augmentation déjà de 10%, et ça risque d'augmenter encore cet hiver. Evidemment le contexte n'arrange pas la situation des gens qui d'habitude fréquentent les Restos, ils sont toujours là malheureusement, mais en plus on voit arriver des gens qu'on n'avait pas l'habitude de voir."

Un contexte qui bouscule aussi les habitudes des bénévoles, et le fonctionnement de l'association, qui doit s'adapter aux règles du confinement. On fonctionne à peu près avec 60% des 600 bénévoles du département, et les 24 centres côte-d'oriens fonctionnent avec des horaires étalés, ce qui permet d'étaler les rendez-vous et d'éviter les attroupements, dangereux sur le plan sanitaire.

"Tout est compliqué, on avait pris des dispositions pour faire évoluer notre offre après le premier confinement, pour faire en sorte que les gens ne soient plus reçus dehors. Le problème, c'est qu'avec le re-confinement récent, on est revenus en arrière. On ne garde que la distribution alimentaire, et le plus souvent elle se fait dehors. On verra ce (mardi) soir avec le discours d'Emmanuel Macron si les choses vont pouvoir évoluer. En tout cas la première consigne que je donne, c'est d'assurer la sécurité des bénévoles et des personnes que l'on accueille. Il est hors de question de transformer les centres des Restos en clusters." 

Des difficultés financières pour la fédération des Restos en Côte-d'Or ?

Autre conséquence, financière celle-là, les dons à l'association risquent de se tarir : "on est impactés également en Côte-d'Or. Un certain nombre de manifestations prévues n'ont pas pu avoir lieu, c'était des rentrées d'argent assez importantes. Et puis certains de nos sponsors sont maintenant en difficulté, et n'arriveront pas à nous soutenir cette année. Notre principale aide qui nous donne chaque année 100.000 euros, cette année cette somme est en attente." Petit rappel pour terminer la porte des Restos est ouverte à tous, mais pour être inscrits à l'aide alimentaire, il faut entrer dans un barème national, donc c'est sous conditions de revenus.

-
- © Visactu
Choix de la station

À venir dansDanssecondess