Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social DOSSIER : General Electric dans le Territoire de Belfort

Restructuration chez General Electric : le calendrier se précise

jeudi 11 avril 2019 à 19:15 Par Emilie Pou, France Bleu Belfort-Montbéliard

Les craintes des syndicats de General Electric de Belfort se précisent. Selon eux, le comité de groupe européen de la partie énergie de GE réuni ce jeudi à Bruxelles a confirmé qu'il y aura bien un plan de restructuration en Europe, sans plus de précisions.

Un calendrier des plans de restructuration devrait été donné à la fin du mois
Un calendrier des plans de restructuration devrait été donné à la fin du mois © Radio France - Manon Klein

Belfort, France

Ils ne savent pas grand chose, à part qu'ils seront consultés. Les syndicats de General Electric à Belfort viennent de faire un compte-rendu du comité de groupe européen du groupe qui s'est tenu ce jeudi à Bruxelles pour la partie énergie. Selon eux, un plan de restructuration en Europe a été confirmé, sans plus de précisions sur les sites touchés et sur le nombre de postes qui pourraient être concernés. 

Un calendrier devrait leur être dévoilé le 30 avril prochain (lors d'une nouvelle réunion à l'échelle européenne) avant le lancement d'une consultation auprès des représentants syndicaux. Ils seront alors fixé sur le calendrier des suppressions de poste sur site de Belfort.

On veut se faire entendre auprès d'Emmanuel Macron

Pour Alexis Sesmat, délégué Sud chez GE Belfort, tout ça n'est pas étonnant : "la restructuration au niveau mondial est lancée depuis longtemps. On savait que la France allait à son tour être touchée, mais on a encore le temps d'agir et de discuter. Car nous allons être consultés et nous voulons nous faire entendre, surtout auprès d'Emmanuel Macron et du PDG de General Electric. Nous avons des arguments pour éviter qu'il y ait des suppressions d'emplois et même pour en créer avec l'aéronautique". 

Pour les syndicats, Emmanuel Macron a une carte à jouer

Pour Philippe Petitcolin, délégué CFE-CGC, il va falloir faire du battage : " Si GE pense pouvoir fermer Belfort tranquillement, il se goure, on est qu'au début et si on veut parler de Belfort en pleine période électorale y a pas de problème, c'est pour ça qu'on veut parler tout de suite. Et Emmanuel Macron a une carte à jouer pour toute la filière industrielle en France et particulièrement à Belfort

Départ de Corine de Bilbao

Par ailleurs, Corinne de Bilbao n'est plus présidente de General Electric France, elle a démissionné. Elle a été remplacée par Hugh Bailey, présenté comme un proche d'Emmanuel macron. Il a été chargé de mission auprès de lui lorsqu'il était ministre de l'économie.  

Un ensemble d'informations que n'a pas voulu commenter la direction de General Electric "Nous revoyons constamment nos activités mondiales, notre structure organisationnelle et notre offre de produits et services afin de soutenir notre stratégie commerciale et de répondre aux besoins de nos clients. Si ces examens devaient entraîner des changements importants au sein de l'entreprise ou avoir une incidence sur les employés, ces changements seraient d'abord discutés avec nos représentants du personnel" indique le groupe.