Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Restructuration chez Renault : quel avenir pour le site historique de Flins dans les Yvelines ?

-
Par , France Bleu Paris

Le groupe au losange tenait ce mardi un comité central social et économique dans son siège de Boulogne. Les quatre principaux syndicats ont donné un avis défavorable au plan de restructuration qui prévoit la fermeture du site de Choisy-le-Roi et la fin de l'assemblage des voitures à Flins.

Le site de Renault Flins dans les Yvelines d'où sortent notamment les Zoé électriques
Le site de Renault Flins dans les Yvelines d'où sortent notamment les Zoé électriques © Maxppp - Victor Isore

"Ce projet c'est pour le moins de l'opportunisme, au plus de la provocation" estime la CFDT. Le syndicat fait partie des quatre principaux de chez Renault, et tous ont refusé de donner un avis favorable au plan de la direction du groupe automobile. Certes, leur avis n'est que consultatif, il ne permettra pas de bloquer le projet, mais il donne la mesure de l'opposition à laquelle Renault devra se frotter sur certains sites, et notamment celui de Flins, dans les Yvelines. Une usine inaugurée en 1952, l'une des plus anciennes de la marque au losange.

Plus aucune voiture ne sortira de l'usine en 2024

La CGT, autre syndicat très présent sur ce site, appelait à des débrayages à Flins ce mardi, et s'oppose farouchement à la fin de l'assemblage annoncé des voitures dans les Yvelines. Selon le plan de la direction, la Nissan Micra et la Zoé (modèle électrique) ne devraient plus sortir des lignes de Flins d'ici 2023 pour la première et 2024 pour la seconde. Le site accueillerait alors d'autres activités : fabrication de prototypes, reconditionnement de véhicules d'occasion, sessions de formation, et bien sûr les activités de rénovation de pièces de Choisy-le-Roi dans le Val-de-Marne, transférées dans les Yvelines.

Des craintes pour l'emploi

Mais Renault doit faire des économies. Et pas des moindres. Le groupe prévoit plus de deux milliards d'euros d'économies sur trois ans et 15.000 suppressions d'emplois dans le monde dont 4.600 en France. Les syndicats craignent que Flins ne soit touché avec une réduction de l'effectif de 2.600 (auxquels s'ajoutent environ 1.400 intérimaires) à 1.600 salariés à terme.

Pour poursuivre les discussions sur ce plan, un groupe de réflexion paritaire se réunira ce jeudi.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess