Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Retour à la case départ sur le dossier de l'Ecoparc de Tirepied, dans le sud Manche

-
Par , France Bleu Cotentin

Aux portes d'Avranches, le site de 30 hectares est destiné à accueillir des entreprises tournées vers le loisir ou le développement durable. La communauté d'agglomération Mont-Saint-Michel-Normandie devait le vendre à la SARL Écoparc, qui jette l'éponge.

Le site de Tirepied, à côté d'Avranches ne sera finalement pas cédé à l' SARL Ecoparc
Le site de Tirepied, à côté d'Avranches ne sera finalement pas cédé à l' SARL Ecoparc © Radio France - Jacqueline FARDEL

Une convention avait été signée le 1er août 2019 entre la communauté d'agglomération Mont-Saint-Michel-Normandie et la société Ecoparc, gérée par Matthieu Millet, ancien dirigeant de Remade.

Mais la SARL se retire du projet. Elle jette l'éponge après l'annonce à la mi-août des difficultés de Remade, l'entreprise de reconditionnement de smartphones, qui devait s'y installer  

Aujourd'hui 20 hangars sur 24 sont vides sur le site de l'Ecoparc de Tirepied, dans le sud Manche
Aujourd'hui 20 hangars sur 24 sont vides sur le site de l'Ecoparc de Tirepied, dans le sud Manche © Radio France - Jacqueline FARDEL

Seules six entreprises installées

Deux ans de négociations pour rien : la patate chaude revient donc à la communauté d'agglomération, qui redevient le principal acteur du site et ce n'est pas une très bonne nouvelle pour David Nicolas le président de la communauté d'agglomération Mont-Saint-Michel Normandie. "Cette décision met la communauté d'agglomération dans l'embarras. 

Pour aménager la totalité du site, il faudrait 20 millions d'euros. Et on ne les a pas ou alors ce serait faire une croix sur d'autres projets, des pôles santé ou des médiathèque. 

Ce que je souhaite c'est une organisation en interne pour trouver un mode opératoire pour travailler avec le privé au développement de la zone." 

Le projet conçu entre 2010 et 2013 semblait pourtant prometteur. Mais les entreprises ne se bousculent pas au portillon. Elles sont six sur le site aujourd'hui. Il reste 20 hangars libres sur 24.  

Avec encore une difficulté supplémentaire pour faire venir les entreprises : le Plan Local d'Urbanisme de Tirepied prévoit que seules des activités de loisirs ou de développement durable peuvent prendre place sur ces 30 hectares.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess