Économie – Social

Retour aux 39h chez Smart : la moitié des syndicats valide l'accord, qui ne devrait pas s'appliquer

Par Thibaut Lehut, France Bleu Lorraine Nord et France Bleu mercredi 28 octobre 2015 à 16:24 Mis à jour le mercredi 28 octobre 2015 à 16:34

56% des 800 salariés votants avaient approuvé la mesure en novembre.
56% des 800 salariés votants avaient approuvé la mesure en novembre. © Maxppp

Deux des quatre syndicats représentants les salariés de l'usine Smart à Hambach (Moselle) ont signé l'accord qui valide le principe d'un retour aux 39h de travail par semaine. Mais la CFDT et la CGT n'ont pas suivi la CFE-CGC et la CFTC, et la mesure a donc peu de chances d'entrer en vigueur.

Seules la CFE-CGC et la CFTC ont signé l'accord qui vise à modifier le temps de travail hebdomadaire à l'usine Smart d'Hambach (Moselle), ce mercredi. La CFDT et la CGT ont en effet refusé d'acter un retour aux 39h. Dans un communiqué, la direction de l'usine automobile se "félicite" de cette signature, même si la mesure ne sera sans doute pas appliquée.

"C'est terminé, le bébé est mort-né", a en effet expliqué un élu CFDT qui a fait les comptes. Avant ce vote, la CGT, majoritaire (38 %), la CFTC (20 %) et la CFDT (12 %) s’étaient prononcées contre l’accord, qui n’était alors soutenu que par la CFE-CGC. Il n'avait donc aucune chance de passer. Mais le revirement de la CFTC ce mercredi permet d’atteindre le seuil de représentativité de 30 %, en principe nécessaires pour que l'accord soit validé. 

La CGT et la CFDT disposent cependant d'une dernière arme : le texte peut en effet être bloqué par des organisations syndicales représentant au moins 51 % des voix. Or à elles deux, CGT et CFDT représentent 56% et sont donc en capacité de faire capoter l'accord. Elles ont d'ailleurs fait savoir qu'elles feraient valoir dès jeudi leur droit d'opposition.

Les cadres "pour", les ouvriers "contre"

Le "pacte 2020" prévoyait notamment un retour aux 39 heures, payées 37, et une diminution des jours de RTT pour les cadres, en échange d'un maintien de l'emploi jusqu'en 2020. Lors d'un référendum interne - purement consultatif - le 11 septembre, 56% des 800 salariés votants s'étaient prononcés pour le "Pacte 2020".  Mais le vote avait révélé de grandes disparités entre catégories de salariés : si les cadres, employés, techniciens et agents de maîtrise ont approuvé l'accord à 74%, il a été rejeté à 61% par les ouvriers.

>> À LIRE AUSSI : Les salariés de Smart à Hambach choisissent le retour aux 39h