Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Retrait américain de l'accord sur le nucléaire iranien : les inquiétudes des cosmétiques Pier Augé

jeudi 10 mai 2018 à 14:20 Par Jonathan Landais, France Bleu Berry

L'entreprise de cosmétiques Pier Augé basée à Châteauroux (Indre) s'interroge sur les conséquences commerciales après le retrait des Etats-Unis de l'accord sur le nucléaire iranien.

Des produits de beauté Pier Augé - Pier Augé
Des produits de beauté Pier Augé - Pier Augé - Droits réservés

Châteauroux, France

"Est-ce que l'on peut encore commercer avec l'Iran ?", c'est la question que se pose Christine Vallin. La dirigeante de l'entreprise de cosmétiques Pier Augé, entreprise bien connue des castelroussins, s'est confiée au micro de franceinfo après le retrait des Etats-Unis de l'accord sur le nucléaire iranien. Avec cette décision, Christine Vallin craint que ses produits "deviennent inaccessibles à la consommation" en Iran.Pier Augé est présent sur le marché iranien depuis 2015 avec différents produits : crèmes pour le visage, soins pour le corps ou produits solaires.

Ce qui peut être plus compliqué, c'est la barrière douanière" (Christine Vallin)

"Aujourd'hui nous mettons en moyenne 45 jours à sortir de la douane iranienne"

"Travailler avec l'Iran et se faire payer c'est déjà très compliqué, parce que les banques françaises n'acceptent pas de virements provenant de l'Iran par crainte de mesures de rétorsion, déjà, des États-Unis", explique à franceinfo Christine Vallin. "Est-ce qu'il va y avoir une modification des taux de taxes à l'importation sur les produits ? Comment vont réagir les autorités iraniennes sur l'importation de produits ? Une des questions c'est le surenchérissement fort des taxes à l'importation, et donc que nos produits deviennent à un moment inaccessibles à la consommation", s'interroge-t-elle.