Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Retraités : 400 manifestants dans les rues de Besançon

jeudi 28 septembre 2017 à 15:26 Par Laurine Benjebria, France Bleu Besançon

Les retraités sont descendus dans les rues de France-Comté pour dénoncer la hausse de la CSG ce jeudi. 400 manifestants ont défilé dans le centre-ville de Besançon selon les autorités.

400 manifestants ont défilé dans les rues bisontines contre la hausse de la CSG ce jeudi
400 manifestants ont défilé dans les rues bisontines contre la hausse de la CSG ce jeudi © Radio France - Laurine Benjebria

Besançon, France

"Macron t'es foutu car les vieux sont dans la rue". Le slogan est fort et se répercute encore dans les rues du centre-ville de Besançon. Ce jeudi midi, 400 manifestants ont défilé contre la hausse de la CSG selon les autorités.

L'augmentation de la Contribution Sociale Généralisée mobilisent à Besançon. A partir du 1er janvier 2018, cette taxe passera de 6,6% à 8,3% de la pension perçue par les retraités. Une mesure qui pourrait donc faire perdre aux alentours de 400 euros par an, pour un couple touchant 2.000 euros de retraite mensuelle.

A Besançon, les retraités n'en démordent pas. Annie est une ancienne éducatrice spécialisée. "Ce n'est pas normal de taxer les retraités (...) et ça ne va pas améliorer la situation des jeunes au travail", s'alarme-t-elle. Un sentiment partagé par Michel et Jean-Michel, tous deux retraités. Du haut de leur soixantaine d'années, ils ont du mal à accepter de redescendre dans les rues, cinquante ans après avoir fait mai 68.

Les retraités bisontins n'étaient pas seuls à battre le pavé franc-comtois. A Vesoul, ils étaient une centaine à défiler pour défendre leur pouvoir d'achat.