Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : La réforme des retraites

Retraites : ce qu'il faut retenir de cette nouvelle journée de mobilisation contre la réforme

- Mis à jour le -
Par , , France Bleu

Au moins 121.000 personnes ont à nouveau réclamé le retrait du projet de réforme des retraites en manifestant partout en France jeudi alors que les députés ont commencé à examiner le texte en commission à l'Assemblée nationale.

Manifestation contre la réforme des retraites à Marseille, le 6 février 2020
Manifestation contre la réforme des retraites à Marseille, le 6 février 2020 © AFP - CLEMENT MAHOUDEAU

Alors que les députés ont commencé à examiner le texte sur la réforme des retraites en commission à l'Assemblée nationale, quelque 121.000 personnes ont manifesté jeudi en France dont 15.000 à Paris selon des chiffres du ministère de l'Intérieur. La CGT, à l'origine de cette neuvième journée interprofessionnelle de manifestations avec Force ouvrière, Solidaires, la FSU et des organisations de jeunesse (Unef, MNL, UNL) a, de son côté, comptabilisé 130.000 manifestants à Paris.

Les manifestants réclament toujours le "retrait d'un projet injuste et dangereux". Lors du huitième appel à une journée interprofessionnelle le 30 janvier, la mobilisation avait marqué le pas, avec 108.000 manifestants en France (ministère de l'Intérieur), contre 249.000 lors de la journée précédente, le 24 janvier.

Entre 15.000 et 130.000 manifestants à Paris selon la CGT

À Paris, 130.000 personnes ont manifesté a annoncé la CGT à l'AFP. Lors de la précédente manifestation, le 29 janvier, ils étaient 180.000 selon la CGT, 13.000 selon le ministère de l'Intérieur. "La mobilisation est là. Ceux qui refusent de la voir doivent ouvrir les yeux", a cependant soutenu le secrétaire général de la CGT, Philippe Martinez, peu avant le départ du cortège parisien. "On est loin d'être à la fin du mouvement", a-t-il assuré, dénonçant la "pseudo loi" en cours d'examen à l'Assemblée nationale.

Des rassemblements partout en France 

Des rassemblements ont également eu lieu partout en France.

  • À Marseille, 4.500 personnes ont manifesté selon des sources préfectorales
  • À Toulouse, ils étaient 3.500 selon les autorités, 35.000 d'après la CGT
  • À Bordeaux, 200 professeurs ont érigé un "mur du mépris" pour dénoncer la politique gouvernementale et la répression policière. Faite de parpaings, la barricade a bloqué l'entrée principale du rectorat. "C'est le mur du mépris, car on n'a aucune réponse de la part de notre ministère depuis plusieurs mois, plusieurs semaines", sur la réforme du bac et des retraites, a déclaré à l'AFP Jean-Pascal Meral (Snes-FSU).
  • À Lyon, 5.300 personnes ont manifesté selon les autorités
  • À Nice, une cinquantaine de pompiers en grève depuis juin se sont allongés sur les rails du tram, bloqué pour 24h comme la plupart des bus. 
  • À Rennes, 2.700 personnes ont défilé selon la police
  • À Lille, 1.700 personnes ont défilé selon les autorités 
  • À Clermont-Ferrand, 1.600 personnes ont défilé selon les autorités
  • À Tours, les avocats vêtus de leur robe, d'un masque blanc et d'un foulard rouge ont formé une chaîne humaine avant d'assister en silence à l'audience solennelle de rentrée du tribunal
  • À Bayonne, les syndicats ont compté 2.600 personnes, la police, 1.800. Des militantes CGT ont organisé un flash mob
  • À Amiens, 2.000 personnes ont manifesté selon les syndicats
  • À Limoges, ils étaient aussi près de 2.000 dans la rue selon France Bleu Limousin
  • À Dijon, environ un millier de personnes se sont rassemblées 
  • À Valence, la police a compté 1.300 manifestants. Ils étaient 400 à Aubenas, 300 à Annonay et 500 à Montélimar.
  • À Périgueux, ils étaient entre 900 selon les syndicats et 1.300 d'après la police
  • À Reims, France Bleu Champagne-Ardenne a compté 700 manifestants
  • À Laval, ou un lâcher de ballons a été organisé, entre 500 et 800 personnes ont manifesté
  • À Châteauroux, plus de 600 manifestants se sont réunies place de la République
  • À Mont-de-Marsan, plus de 400 personnes ont défilé d'après France Bleu Gascogne
  • À Bourgoin-Jallieu, environ 350 personnes ont manifesté dont de nombreuses femmes
  • À Joué-lès-Tours, où la mobilisation a réuni 1.000 manifestants selon la police, 1.500 selon les syndicats, quelques manifestants ont coupé le courant de la permanence de la députée LREM Fabienne Colboc 

Les secteur de l'énergie et des déchets toujours mobilisés 

Dans le secteur des déchets, les salariés des trois sites d'incinération d'Ile-de-France ont reconduit leur mouvement jusqu'à vendredi. La préfecture a réquisitionné des personnels pour gérer les stocks d'ordures et redémarrer un des fours, à Issy-les-Moulineaux. À Marseille où 3.000 tonnes de déchets se sont accumulées dans les rues selon la métropole Aix-Marseille-Provence, le syndicat CGT des éboueurs a annoncé jeudi soir la suspension de la grève entamée le 23 janvier.

Les salariés restent aussi mobilisés dans le nucléaire, comme à la centrale de Penly en Normandie, où 83% des salariés sondés ont voté contre la réforme.

Opération "ports morts"

Dans le secteur maritime, la CGT a organisé une opération "ports morts", entraînant des retards pour les navires de Corsica Linea à Marseille.

Les avocats toujours en grève 

Reçus une seconde fois cette semaine par le Premier ministre Édouard Philippe, les avocats, en grève depuis un mois, doivent décider de la suite à donner au mouvement vendredi. Toutefois certains barreaux ont déjà tranché et voté la poursuite de la grève, comme à Bastia et Poitiers

Pour tenter d'apaiser la colère, la ministre de la Justice Nicole Belloubet a détaillé jeudi plusieurs propositions. Les pensions ne baisseront pas et il n'y aura "pas de doublement brutal des cotisations", a-t-elle notamment affirmé.

Faible mobilisation dans la fonction publique d'État et l'Éducation

Le taux de grévistes était jeudi midi de 2,79% dans la fonction publique d'État, et de 3,44% dans l'Éducation, selon le gouvernement.

Peu de perturbations à la SNCF, trafic normal à la RATP

Dans les transports, le trafic était "normal" à la RATP.  "Peu de perturbations" ont été recensées à la SNCF avec deux trains sur trois sur quelques lignes du réseau Transilien (D, H, J et K). 

Le pôle traction de l'Unsa-RATP, premier syndicat de la régie des transports parisiens, a appelé à un "lundi noir dans les transports" d'Île-de-France le 17 février, jour de l'examen du projet de réforme des retraites en séance à l'Assemblée nationale.

Nouvelle journée d'action le 20 février

L'intersyndicale - qui réunit la CGT, Force ouvrière, FSU, Solidaires ainsi que des organisations de jeunesse (MNL, UNL, Fidl) et étudiante (Unef) - a appelé à une nouvelle journée de grèves et de manifestations le 20 février. Il s'agira de la dixième journée de mobilisation en France.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess