Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie - Social
Dossier : Mouvement de grève contre la réforme des retraites

Retraites : entre 249.000 et 1,3 million de manifestants en France

- Mis à jour le -
Par , France Bleu

Entre 249.000 et 1,3 million de personnes ont manifesté partout en France vendredi 24 janvier contre la réforme des retraites. Alors que le projet a été adopté en Conseil des ministres, les syndicats ont annoncé une nouvelle journée de mobilisation le 29 janvier.

A Paris, ce vendredi.
A Paris, ce vendredi. © AFP - Julien Mattia

Au 51e jour de grève et alors que le projet de loi de réforme des retraites a été adopté en Conseil des ministres, l'intersyndicale (CGT-FO-Solidaires-CFE-CGC-FSU) avait appelé à une nouvelle journée de grève interprofessionnelle et de manifestations partout en France ce vendredi. 249.000 personnes ont manifesté dans le pays selon les autorités, 1,3 million d'après la CGT. Les syndicats, qui restent opposés au projet du gouvernement malgré le retrait provisoire de l'âge pivot du projet de loi, demandent toujours son retrait pur et simple. Une nouvelle journée de mobilisation est annoncée pour le 29 janvier. 

Ce vendredi, le Conseil d'État a estimé ne pas avoir eu le temps de "garantir au mieux la sécurité juridique" de la réforme des retraites. Saisi le 3 janvier, le Conseil n'a disposé que de trois semaines pour rendre son avis sur les deux projets de loi, que le gouvernement a en outre modifiés à six reprises durant cette période. Un avis sévère, qui n'épargne pas l'étude d'impact accompagnant les deux textes: la première mouture était "insuffisante" et même une fois complétée, "les projections financières restent lacunaires", en particulier sur la hausse de l'âge de départ à la retraite, le taux d'emploi des seniors, les dépenses d'assurance-chômage et celles liées aux minima sociaux.

Au moins 350.000 personnes à Paris selon la CGT

A Paris, entre 350.000 et 400.000 personnes ont manifesté selon la CGT, co-organisatrice. Elles étaient 31.000 d'après le ministère de l'Intérieur. Lors de la dernière manifestation, le 16 janvier, le syndicat avait comptabilisé 250.000 manifestants dans la capitale, le ministère de l'Intérieur 23.000.

De nombreux secteurs ont été bloqués dès la matinée, avant la manifestation partie de la place de la République un peu après 11h pour rejoindre la place du Châtelet en passant par le Boulevard Saint-Martin et le Boulevard Sébastopol. 

Les transports publics ont été perturbés et la tour Eiffel fermée au public en raison du mouvement de grève.

Entre 218.000 et 1,3 million de manifestants en région

Des manifestations ont eu lieu également à Nantes, Lille, Bordeaux, Marseille, Rennes, Nantes, Strasbourg, Toulouse, Nice, au Havre, Niort, Besançon, Guéret ou encore à Lyon où la préfecture a interdit une partie de la Presqu'île aux manifestants. 1,3 million de personnes ont défilé dans tout le pays d'après les syndicats,  218.000 en région, hors Paris, selon les autorités.

  • A Lorient,  environ 2.500 personnes ont défilé selon les syndicats.
  • A Lille, la manifestation a été stoppée en plein parcours, et le cortège a été plongé sous les gaz lacrymogènes. Des manifestants ont lancé deux bouteilles sur les forces de l'ordre qui bloquaient le passage, les CRS ont utilisé des gaz lacrymogènes.
  • A Avignon, 1.500 personnes ont manifesté.
  • A Annecy et Chambéry, plusieurs milliers de personnes ont manifesté.
  • A Nancy, une cinquantaine d'étudiants ont bloqué les entrées de la faculté de lettres et de sciences humaines ce vendredi matin. Tous les cours du jour sont annulés "pour des raisons de sécurité".
  • A Périgueux, 3 000 manifestants défilent ce matin selon la CGT, 2 000 selon la police.
  • A Guéret, 600 personnes manifestent. Les manifestants ont modifié leur trajet pour passer devant la permanence du député LREM Jean-Baptiste Moreau.
  • A Reims (Marne), les manifestants étaient au moins un millier à défiler dans les rues.
  • En Normandie, selon la police, 7.500 manifestants défilent au Havre, 3.400 manifestants à Rouen, où les syndicats revendiquent plus de 6.000 personnes. Par ailleurs, une coupure d'électricité a touché vers 10 heures le centre-ville du Havre pendant une vingtaine de minutes.
  • A Clermont-Ferrand, plus de 15.000 personnes ont manifesté. 150 avocats ont perturbé l'audience de rentrée solennelle du tribunal judiciaire
  • Dans le Limousin, les avocats des barreaux de Brive et de Tulle ont perturbé l'audience de rentrée du tribunal de Brive et déposé symboliquement leurs robes. Plusieurs centaines de manifestants ont défilé à Limoges.
  • A Saint-Étienne, plusieurs centaines d'enseignants ont érigé un mur de manuels scolaires devant l'inspection académique, pour protester contre la réforme du bac et la réforme des retraites.
  • A La Roche-sur-Yon, plusieurs centaines de manifestants ont également défilé.
  • A Châteauroux, 1.200 personnes ont manifesté.
  • A Bordeaux, trois dépôts de bus et de tramways de l'agglomération ont été bloqués par des manifestants ce matin.
  • En Alsace, une cinquantaine de salariés d'EDF, ENEDIS et RTE occupent l'écluse de Vogelgrun (Haut-Rhin) depuis jeudi. La navigation sur le Rhin est donc bloquée entre la Suisse et Amsterdam.
  • A Chambéry, le dépôt de bus de la ville a aussi été bloqué par des opposants à la réforme des retraites.
  • En Corse, depuis ce matin, les usagers EDF bénéficient du tarif "heures creuses" suite à une action de la CGT Energie Corse qui réclame le retrait de la réforme des retraites, rapporte France 3 Corse.
  • A Mont-de-Marsan, une quinzaine d'enseignants et près d'une centaine d'élèves ont organisé un blocage filtrant devant le lycée Despiau pour protester contre la réforme du bac et celle des retraites
  • Dans la Manche, plusieurs actions ont eu lieu sur les routes, avec des manifestants installés sur des ronds-points stratégiques.
  • A Dijon, 2.800 personnes ont défilé vendredi 24 janvier 2020 selon la CGT.

Education : entre 13 et 40% de grévistes

La nouvelle journée de mobilisation dans l'éducation contre la réforme des retraites se traduit vendredi par un taux de grévistes de 15,84% dans le primaire et de 10,30% dans le secondaire (collèges et lycées), selon le ministère, mais de 40% pour chacun d'après les syndicats.

Ces chiffres sont plus élevés que ceux de la mobilisation nationale du 16 janvier, lors de laquelle un taux de grévistes de 6,60% dans le primaire et de 6,83% dans le secondaire avait été enregistré par le ministère de l'Education.

Les avocats décideront samedi de la poursuite de leur mouvement 

Le Conseil national des barreaux (CNB), qui a rencontré jeudi soir le Premier ministre Edouard Philippe et déplore qu'il n'y ait eu "aucune nouvelle proposition", décidera samedi de la suite du mouvement de grève des avocats contre la réforme des retraites.

Emmanuel Macron dénonce "la radicalité de certains blocages"

Emmanuel Macron a dénoncé vendredi, au cours du Conseil des ministres, "les actes de violence et la radicalité de certains blocages" dans le cadre des protestations contre la réforme des retraites, a indiqué la porte-parole du gouvernement.

Le chef de l'Etat "a appelé à la plus grande fermeté à l'égard de leurs auteurs", a ajouté Sibeth Ndiaye à l'issue du conseil des ministres. "La haine de l'autre, l'intimidation de l'autre, au prétexte d'une divergence qu'elle soit politique ou syndicale ne peuvent en aucun cas être acceptables", selon les propos rapportés d'Emmanuel Macron.

Nouvelle journée d'action le mercredi 29 janvier

Les syndicats opposés à la réforme des retraites appellent à une nouvelle journée interprofessionnelle nationale le 29 janvier, ont-il annoncé vendredi à l'issue d'une réunion qui propose aussi des "initiatives" les 30 et 31.

Cette fois, la CFE-CGC, engagée dans la mobilisation depuis le 5 décembre, ne signe pas le texte. "Nous suspendons notre participation dans les manifestations, mais nous ne sortons pas de l'intersyndicale", a précisé à l'AFP Gérard Mardiné, le numéro deux du syndicat des cadres.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu