Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie - Social

Retraites : les entreprises franciliennes dépensent 230 euros par employé pour les aider pendant la grève

-
Par , France Bleu Paris, France Bleu

Le Medef Paris appelle à la fin de la grève dans les transports contre la réforme des retraites, car elle coûte cher aux entreprises, selon lui.

La station de métro de la gare Montparnasse est fermée pendant la grève contre la réforme des retraites
La station de métro de la gare Montparnasse est fermée pendant la grève contre la réforme des retraites © Radio France - David Kolski

Paris, France

"On arrive un peu au bout là", soupire le président du Medef Paris ce jeudi, alors que la grève contre la réforme des retraites dure depuis 43 jours. Les entreprises situées dans la capitale française sont les plus touchées, en raison des perturbations dans les transports en commun.

La grève coûte 230 euros par salariés, selon le Medef Paris

L'organisation patronale dévoile les résultats d'une consultation auprès de ses 10.000 adhérents, au bout de 40 jours de grève. 55% des entreprises franciliennes se sont adaptées afin de soutenir financièrement leurs salariés, selon le président du Medef Paris.

"Les entreprises qu'on a consultées nous disent qu'elles ont aidé ceux qui venaient en voiture en leur donnant un dédommagement. Elles ont par exemple payé le parking. Il y en a qui ont payé des nuits d'hôtel", explique Jean-Louis Schilansky.

Ça a représenté 230 euros par employés, pour cette période de grève. - Jean-Louis Schilansky, président du Medef Paris

Le représentant patronal assure que les commerces et le secteur de l'hôtellerie-restauration voient leurs chiffres d'affaires baisser de 25 à 30%.

Les entreprises ont dû être flexibles

Mais ce n'est pas la seule conséquence de la grève : "Il y a eu le fait que les entreprises ont aménagé les horaires, elles ont changé leurs dates de réunion, elles ont été plus flexibles sur les horaires d'arrivée et sur les horaires de départ", énumère le président du Medef Paris.

Jean-Louis Schilansky estime que "ce surcoût là est parti en fumée, ça n'a pas donné plus de productivité ou plus de chiffre d'affaires aux entreprises". Il conclut : cette grève "coûte cher, les salariés commencent à être très stressés, un peu au bout du rouleau donc il est temps que ça s'arrête".

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu