Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie - Social
Dossier : Mouvement de grève contre la réforme des retraites

Retraites : les perturbations attendues pour la journée de mobilisation nationale ce mercredi

- Mis à jour le -
Par , France Bleu

Une huitième journée de grève interprofessionnelle est prévue ce mercredi 29 janvier, veille de la conférence sur le financement alors que la réforme des retraites a été adoptée en Conseil des ministres. Transports, écoles, manifestations : France Bleu fait le point sur ce qui vous attend.

Action des opposants à la réforme des retraites le 24 janvier 2020, à Paris
Action des opposants à la réforme des retraites le 24 janvier 2020, à Paris © AFP - Severine Carreau / Hans Lucas

L'intersyndicale (CGT, FO, Solidaires, FSU et organisations de jeunesse) opposée à la réforme des retraites appelle à une nouvelle journée de grève interprofessionnelle et de manifestations partout en France ce mercredi 29 janvier, veille de la conférence sur le financement alors que le projet de loi a été adopté vendredi en Conseil des ministres

Des actions devraient également être organisées les jeudi 30 et vendredi 31 janvier. La CFE-CGC, qui souhaitait faire une "pause", ne s'est pas associée au reste de l'intersyndicale. 

Manifestations à Paris et en régions

Comme lors des précédentes journées de mobilisation nationale, plusieurs manifestations sont organisées partout en France.

À Paris, la manifestation partira de la Place d'Italie à 13h30 pour prendre la direction des Invalides en passant par le boulevard des Gobelins et le boulevard de Port Royal.

Des manifestations sont aussi prévues à Lille, Bordeaux, Marseille, Rennes, Nantes, Strasbourg, Toulouse, dans la Manche, dans le Berry ou encore à Lyon où la préfecture a interdit une partie de la Presqu'île aux manifestants.

Trafic SNCF et RATP "quasi normal" 

À la SNCF, "le service sera normal pour les TGV, Thalys, Eurostar et quasi normal pour les Intercités", a indiqué la direction. Pour les TER, "quelques perturbations" sont attendues en Auvergne-Rhône-Alpes, Provence-Alpes-Côte d'Azur, Occitanie et Nouvelle-Aquitaine, selon le groupe ferroviaire.

En Ile-de-France, le réseau Transilien (RER SNCF, trains de banlieue) sera "légèrement perturbé avec une moyenne de 4 trains sur 5" en circulation, a précisé la direction. Concernant les RER A et B, exploités conjointement par la SNCF et la RATP, il est prévu un "service normal" pour le RER A, tandis que sur la ligne du RER B, il y aura 4 trains sur 5 aux heures de pointe et 3 trains sur 4 en période creuse.

Du côté de la RATP, le trafic sera "quasi normal" mercredi, a annoncé lundi la PDG de la RATP Catherine Guillouard, qui estime que la grève illimitée est "derrière nous". Pour mercredi, à ce stade, le niveau de déclaration de grève est très bas par rapport aux épisodes précédents. Le trafic devrait donc être quasi normal", a déclaré Mme Guillouard dans un entretien au Parisien.

Les écoles perturbées 

Dans un communiqué le SNUipp FSU, premier syndicat du primaire, appelle à "une journée massive de grève et de manifestations interprofessionnelles et intergénérationnelles". Lors de la dernière journée de mobilisation nationale le 24 janvier, le ministère de l'Éducation nationale a recensé 15,84% de grévistes dans le primaire et de 10,30% dans le secondaire (collèges et lycées). Ils étaient près de 40% dans le primaire comme dans le secondaire d'après les syndicats.

Le SNUipp FSU encourage en outre "à multiplier les initiatives" jeudi et vendredi "notamment avec des retraites aux flambeaux, des dépôts d’outils de travail, des assemblées générales, des initiatives en direction de la population."

Les centres d'incinération des déchets toujours bloqués en Île-de-France

La CGT Energie a reconduit la mise à l’arrêt des trois centres d’incinération des déchets d'Île-de-France. Les sites d’Ivry-sur-Seine, Issy-les-Moulineaux et Saint-Ouen, qui réceptionnent les déchets de six millions de Parisiens et Franciliens, vont s’arrêter totalement.

Ces trois centres traitent 6.000 tonnes de déchets par jour issus des poubelles vertes (non recyclables).

Ouverture de la conférence de financement jeudi

La conférence de financement, qui débute jeudi, doit permettre de "mettre à plat" la question de l'équilibre de la réforme des retraites, a plaidé lundi le secrétaire général de la CFDT Laurent Berger, pointant "un paquet d'imprécisions" du gouvernement.

"Sur la conférence de financement, on veut d'abord mettre à plat la question de l'équilibre à court terme et moyen terme du système. On veut savoir quelles sont les intentions des uns et des autres", a déclaré M. Berger sur France inter, invitant "chacun à assumer sa part de responsabilité: les entreprises, l'État (...)".

Pour le patron de la CFDT, à l'initiative de cette conférence installée jeudi pour trouver les moyens d'amener le système à l'équilibre en 2027, ce rendez-vous devrait impérativement débuter "par une discussion de l'étude d'impact". Cette note de plus de 1.000 pages, qui accompagne les deux textes de loi, a été rendue publique vendredi et est depuis très critiquée.

Le calendrier de la réforme

Selon le calendrier prévu, l'examen du projet de réforme des retraites, présenté le 24 janvier en Conseil des ministres, débutera à l'Assemblée nationale, en commission à partir du 3 février, puis dans l'hémicycle à partir du 17 février.

Il n'arrivera au Sénat qu'après les élections municipales de mars, en avril-mai, d'après Gérard Larcher. Début janvier, le président du Sénat avait demandé solennellement "au gouvernement d'attendre les résultats de la conférence de financement avant de saisir le Parlement d'un projet de loi".

Le Sénat à majorité de droite a demandé mardi sur le projet de réforme des retraites la levée de la procédure accélérée, qui prévoit une réduction de la navette parlementaire, a-t-on appris de sources parlementaires.

Saisi le 3 janvier, le Conseil d'Etat - la plus haute juridiction administrative française - a critiqué vendredi le choix de recourir à 29 ordonnances, ce qui "fait perdre la visibilité d'ensemble" et a pointé des projections financières "lacunaires". Le jour même de l'adoption du projet en Conseil des ministres, le Conseil d'État a souligné que l'engagement de revalorisation des enseignants et des chercheurs était condamné de disparaître du texte. En outre, il a déploré n'avoir disposé que de trois semaines pour rendre son avis sur les deux projets de loi (organique et ordinaire), qui ont en outre été modifiés à six reprises durant cette période.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu