Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie - Social
Dossier : Mouvement de grève contre la réforme des retraites

Retraites : les syndicats renforcés, le gouvernement sous pression

- Mis à jour le -
Par , France Bleu

La première journée de manifestation contre la réforme des retraites, jeudi, a été une réussite pour les syndicats, avec une très forte mobilisation. Le gouvernement tente de temporiser, alors que le mouvement se poursuit : l'intersyndicale appelle à une nouvelle journée d'actions ce mardi.

Une manifestation à Caen, ce vendredi.
Une manifestation à Caen, ce vendredi. © Radio France - France Bleu Normandie

Après une première journée de mobilisation contre la réforme des retraites réussie pour les syndicats, avec des défilés très fournis à Paris et en région et des taux de grévistes très élevés dans plusieurs secteurs, le gouvernement tente de temporiser et laisse entrevoir des concessions, alors que les organisations professionnelles souhaitent maintenir la pression. Ce jeudi, 806.000 personnes ont défilé dans le pays selon le ministère de l’Intérieur, alors que la CGT en a compté  plus de 1,5 million.

L'intersyndicale appelle, ce vendredi, à une nouvelle journée de mobilisation et d'actions partout en France mardi 10 décembre.

La grève se poursuit 

Dans les transports, notamment à la SNCF et à la RATP, le mouvement se poursuit ce vendredi, et jusqu'à lundi. Ce vendredi, les transports restent très perturbés : à la RATP, la reconduction du mouvement a été votée jusqu'à lundi et la direction prévoit 10 lignes de métro fermées, comme jeudi. A la SNCF, la direction anticipe 90% de TGV et 70% de TER annulés ce vendredi.

Les transports restent très perturbés ce vendredi. - Visactu
Les transports restent très perturbés ce vendredi. © Visactu -

A la SNCF, près d'un tiers des cheminots sont en grève ce vendredi, et 87,2% des conducteurs ont cessé le travail. Si le nombre d'agents SNCf en grève est inférieur à celui de jeudi, le nombre de conducteurs en grève est supérieur : il était de e 85,7% jeudi. 80% des contrôleurs (contre 73,3% jeudi) et 45,3% (contre 57% jeuidi) des aiguilleurs ont répondu à l'appel à poursuivre le mouvement.

Le taux de grévistes à la SNCF ce vendredi. - Visactu
Le taux de grévistes à la SNCF ce vendredi. © Visactu - Visactu

Des actions dans plusieurs villes ce vendredi  

Ce vendredi matin, des actions ont eu lieu dans plusieurs villes : à Nantes, des manifestants ont bloqué le périphérique, et provoqué d'importants bouchons. À Poitiers, des opposants à la réforme ont bloqué le dépôt de bus de la ville. Plusieurs manifestations ont eu lieu à Poitiers et Châtellerault ce vendredi. A Cestas, près de Bordeaux, des opposants à la réforme et des gilets jaunes ont bloqué un rond-point et perturbé la circulation sur l'A63. En Lorraine, des opérations escargot ont perturbé la circulation en direction de Nancy sur l'A31 et l'A33. Une manifestation a eu lieu ce vendredi midi à Caen. La mobilisation se poursuit également à Cherbourg, dans la Manche. 

A Châteauroux, une centaine de manifestants sont mobilisés alors que Jacqueline Gourault, la ministre de la Cohésion des territoires, est en déplacement dans la ville ce vendredi. Près du Havre, un rassemblement et un blocage ont été mis en place au niveau de La Brèque. A Valence, une manifestation est en cours ce vendredi après-midi. 

A Nantes, les lycéens se sont mobilisés, avec quelques incidents ce vendredi. En Isère, les lycéens et étudiants sont également mobilisés. 

Une nouvelle journées de mobilisation mardi 

Regonflés par ce premier succès après des mois de marginalisation, les syndicats ont appelé ce vendredi à une nouvelle journée d'actions, prévue mardi 10 décembre. Catherine Perret, la secrétaire confédérale CGT, a souhaité que la manifestation parisienne de mardi se déroule entre Invalides et Denfert-Rochereau.

Le gouvernement veut apaiser, les partenaires sociaux reçus lundi 

Malgré des incidents dans les manifestations à Paris, Lyon, Montpellier, Toulouse, Bordeaux, Nantes ou Rennes, la plupart des défilés se sont déroulés dans le calme. Et malgré ces quelques violences, le Premier ministre Edouard Philippe a tenu à rendre "hommage" aux syndicats, notant que dans "un très grand nombre de villes", les manifestations "se sont bien passées". 

La ministre de la Santé Agnès Buzyn a indiqué, ce vendredi sur Europe 1, que les partenaires sociaux seraient reçus dès ce lundi par son ministère et par Jean-Paul Delevoye, en charge des retraites.

Il reste des marges de négociation" - La porte-parole du gouvernement Sibeth Ndiaye.

Le président Emmanuel Macron est, lui, "calme et déterminé à mener cette réforme, dans l'écoute et la consultation", avait indiqué un peu plus tôt l'Élysée. Le Premier ministre  doit "s'exprimer vers le milieu de la semaine prochaine sur l'architecture générale de la réforme". Lundi ou mardi, le haut-commissaire aux retraites, Jean-Paul Delevoye, tirera les conclusions de la longue concertation sur ce dossier. "Il reste des marges de négociation", a assuré la porte-parole du gouvernement, Sibeth Ndiaye.

"Il ne faut pas être bêtement budgétaire, pas tout de suite", a lâché jeudi soir sur France 2 le ministre des Comptes publics, Gérald Darmanin. Pour lui, la réforme des retraites ne doit pas comporter "immédiatement" de volet budgétaire, comme un allongement du temps de travail. "Notre proposition, c'est pas de baisser les pensions, c'est pas d'augmenter les cotisations, mais c'est de travailler plus longtemps puisqu'on vit plus longtemps", a rappelé Gérald Darmanin.  Mais "est-ce qu'on est pressé au point qu'il faut le faire dès l'année prochaine ?", s'est interrogé le ministre. "C'est une discussion qu'il faut avoir ensemble", a conclu le ministre. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu